Au départ, une idée louable : un service de soins à domicile « spécial covid » alors que les hôpitaux sont saturés, et que le nombre des malades atteints ne cesse de croître. Mais pour qui et à quel prix, dans un Iran de plus en plus inégalitaire ?