"Aucune des explications du choix de la France comme cible des islamistes ne trouve son équivalent en Autriche et, pourtant, Vienne a été frappée par le terrorisme. Comme pour souligner la vanité de ces doctes appels à la lâcheté", rappelle notre éditorialiste Guy Konopnicki.