États-Unis : près de la moitié des enfants sont contaminés au plomb

·2 min de lecture

Une étude révèle une prévalence particulièrement inquiétante de contamination au plomb chez les enfants aux États-Unis : près de 50% d’entre eux seraient concernés. La pauvreté apparaît comme un facteur de risque aggravant.

Naturellement présent dans la croûte terrestre, le plomb est un métal toxique pour l’organisme humain, “même à de faibles concentrations”, rappelle l'. Contrairement à d’autres éléments comme le fer ou le magnésium, il n’a aucun rôle physiologique nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme : sa présence “témoigne toujours d’une contamination.” Il est notamment classé par l’ (OMS) parmi les “dix produits chimiques gravement préoccupants pour la santé publique.” Une nouvelle étude indiquant que près de la moitié des enfants sont contaminés au plomb aux Etats-Unis se révèle donc particulièrement alarmante.

Diagnostic par dosage sanguin

Comme l’indique le , la cause majeure d’exposition à ce métal est due “à la persistance dans les immeubles d’habitation de vieilles peintures à base de céruse, un des sels de plomb les mieux absorbés dans le tube digestif, qui a été couramment utilisé dans les peintures jusqu’à la moitié du 20e siècle.” L’intoxication au plomb porte un nom : le saturnisme. Malheureusement, les signes de cette maladie sont bien souvent invisibles. Dans les cas où l’accumulation du plomb dans l’organisme provoque des symptômes cliniques, “ils sont peu spécifiques”, remarque encore l'Inserm. Ils peuvent se manifester sous la forme de troubles digestifs “vagues”, de troubles comportementaux très variables (allant par exemple de l’apathie à l’hyperactivité), ou encore de troubles du sommeil ou de l’attention. Un éventail très large, donc.

La seule façon de diagnostiquer avec certitude un cas de saturnisme, c’est d’effectuer une plombémie, c’est-à-dire de mesurer la concentration de plomb dans le sang du patient. Depuis 2015, en France, un cas est considéré avéré lorsqu’une plombémie d’au minimum 50 microgrammes par litre de sang est détectée, et doit alors obligatoirement faire l’objet d’une déclaration officielle auprès des autorités sanitaires.

ATTENTION. Il ne faut surtout pas confondre “seuil d’intervention” et “seuil de toxicité.” Ainsi, il n’exis[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles