Îles Salomon: tensions avec Canberra et Washington après l’accord de sécurité passé avec Pékin

Le 19 avril dernier, les îles Salomon avaient annoncé, à la surprise générale, la signature d’un vaste accord de sécurité avec la Chine. Ce pacte avait provoqué de vives réactions de Canberra et Washington avait envoyé une délégation de haut niveau à Honiara. Sans citer de pays, le Premier ministre salomonais a évoqué mardi un risque d’invasion de l’archipel, tandis que son homologue australien a appelé, ce jeudi 5 mai, au calme.

Très agacé par la tournure des événements et l’agitation de certains pays depuis sa signature d’un pacte de sécurité avec Pékin, le Premier ministre Manasseh Sogavare s’est plaint devant le Parlement du manque continu de confiance et d’être traité comme « des gamins de maternelle qui se baladent avec un colt et qui doivent être surveillés ».

« Nous nous sentons insultés », a-t-il souligné tout en exprimant ses craintes d’une intervention militaire par des pays qui jugeraient leurs intérêts nationaux et stratégiques menacés dans l’archipel.

Les inquiétudes liées à cet « arrangement secret »

Le Premier ministre australien a appelé au calme et à la modération. Tout en essayant de rassurer son allié traditionnel, Scott Morrison a réitéré ses inquiétudes concernant « l’arrangement secret » entre les îles Salomon et Pékin.

De hauts diplomates américains dépêchés sur place avaient tenté d’en savoir plus sur l’accord de sécurité, qui permettrait officieusement d’installer une base chinoise dans l’archipel du Pacifique. Un acte qui serait suivi d’une riposte de Washington, a mis en garde la Maison Blanche.

À écouter aussi : Pacte sécuritaire entre la Chine et les îles Salomon: quels enjeux?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles