Îles Éparses : des députés malgaches demandent une médiation avec la France

Entre 60 et 70 députés pro Rajoelina et indépendants se sont réunis cet après-midi pour montrer leur solidarité envers le ministère des Affaires étrangères. Ces députés appellent à une médiation de l'Union africaine et de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) dans les négociations entre la France et Madagascar sur les Îles Éparses.

Dans un point presse lundi 18 mai, le ministère des Affaires étrangères avait déclaré son opposition à une consultation publique en vue de concrétiser un projet de création de réserve naturelle nationale sur l'archipel des Glorieuses.

Pour Christine Razanamahasoa, la présidente de l'Assemblée nationale, la déclaration des députés est un appel au gouvernement. En effet, cette médiation proposée par les députés pourra intervenir seulement si le gouvernement la relaie officiellement.

Elle explique pourquoi ces derniers veulent faire appel à une médiation de la SADC et de l'Union africaine, à Laure Verneau, correspondante de RFI à Madagascar  : « Je trouve que c’est un recours légitime et un recours bien sûr légal compte tenu du principe qui régit les groupements des pays qui présentent les mêmes intérêts, défendent des intérêts communs, intérêts politiques, intérêts économiques. La France qui rencontre des problèmes fait recours à l’Union européenne. Le décret décidé par la France a été décidé unilatéralement, alors que ces îles Glorieuses, faisant partie des îles Eparses font l’objet de négociations en cours qui doivent être reprises. Je trouve que c’est une décision unilatérale de la part de la France sur ces îles qui ne devrait pas avoir lieu ».