Île-de-France: Valérie Pécresse veut une prime de 500 euros pour l’achat d’un vélo électrique

Pointu d'Imbleval, Louise, Priore, Mathieu
Valérie Pécresse lors du lancement de Véligo, à Chatillon, le 11 septembre. / ©Mat Beaudet

À l’occasion du lancement du service de location de vélos électriques longue durée Veligo Location, la présidente de la région Île-de-France a annoncé son intention de mettre en place en février prochain une prime à l’achat pouvant aller jusqu’à 500 euros.

Tripler la pratique quotidienne du vélo en Île-de-France, telle est la volonté de Valérie Pécresse d’ici à 2021. «Le vélo représente seulement 1,6% des trajets», déplore la présidente de la région dans le communiqué annonçant l’arrivée d’un nouveau service le location de vélos électriques longue durée, Véligo Location. Pour atteindre cet objectif, celle qui préside également Île-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice des transports dans toute la région, a annoncé qu’elle allait soumettre au vote une aide de 500 euros destinée à l’achat d’un vélo électrique.

» LIRE AUSSI - Une étude dénonce le grand naufrage des finances de Paris

Cette aide serait sans conditions de ressources. Chaque Francilien, quels que soient ses revenus, pourra y prétendre à compter du 20 février prochain, date à laquelle le dispositif devrait voir le jour. Elle s’élèvera jusqu’à 50% du prix d’achat du vélo électrique neuf, mais ne pourra cependant pas dépasser 500 euros par vélo et par demandeur. Cette prime à l’achat sera, de plus, cumulable avec des aides municipales déjà existantes dans d’autres agglomérations. «Ces offres sont disparates en fonction des villes», explique Valérie Pécresse. Par exemple, la Ville de Paris proposant déjà une aide plafonnée à 400 euros, les parisiens ne pourront bénéficier que de 100 euros en plus de la part de la région. À l’inverse, les habitants de villes ne proposant pas d’aides pourront bénéficier de l’entièreté de la prime.

Pécresse veut «convertir définitivement» au vélo les Franciliens

Cette offre s’étendra jusqu’à la fin du mois de juin, soit sur environ quatre mois, «voire un peu plus si l’enveloppe de 12 millions d’euros qui lui sera dévolue n’est pas encore vide à ce moment-là», précise la (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Crise des urgences: Valérie Pécresse veut lancer les «infirmiers mobiles» 
À Brive-la-Gaillarde, Valérie Pécresse se dit «prête» à défendre une «droite moderne» 
L’Île-de-France a divisé par deux le nombre de ses organismes satellites 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro