En Île-de-France, le trafic des transports en commun à la normale début juin

AFP
·2 min de lecture
Le trafic des transports en commun sera revenu à la normal début juin en Île-de-France. (photo d'illustration)
Le trafic des transports en commun sera revenu à la normal début juin en Île-de-France. (photo d'illustration)

TRANSPORTS - La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse (ex-LR) a assuré ce mardi 12 mai que la SNCF et la RATP vont remonter “progressivement”, d’ici au 2 juin, leur “offre à 100% sur toutes les lignes” mais que la priorité devra rester à ceux qui travaillent.

“J’ai demandé à la SNCF et à la RATP que l’on retrouve très rapidement une offre de 100% sur toutes les lignes”, a expliqué sur RTL Valérie Pécresse, avant de préciser que cela se fera “progressivement d’ici au 2 juin”.

D’ici là, “nous allons essayer de mettre les efforts là où ils sont le plus nécessaires, c’est-à-dire sur les 2 ou 3 lignes sur 23 les plus chargées”, a-t-elle ajouté, jugeant que “hier, ça s’est globalement passé dans de bonnes conditions, avec évidemment quelques problèmes ponctuels sur un réseau aussi dense”.

Lundi, le service n’était assuré qu’à 75% à la RATP et à 60% pour les trains de banlieue de la SNCF.

“Le facteur limitant, c’est le facteur humain parce que les agents des opérateurs de transports ont des gardes d’enfants à assurer et ils ont aussi des risques de santé, c’est pour ça qu’on n’est pas à 100% aujourd’hui”, a-t-elle justifié.

Une attestation employeur “contrôlée et filtrée à l’entrée des gares”

Mais, même avec une offre à 100%, “il va y avoir toujours une restriction très forte de la capacité des transports en commun”, en raison de “la distanciation sociale obligatoire” qui réduit la capacité d’environ 80%, a-t-elle mis en garde.

“L’attestation employeur (pour les heures de pointe) sera contrôlée et filtrée à l’entrée des gares. L’objectif c’est, si vous n’avez pas de motif de vous déplacer, (que) vous ne prenez pas la place de quelqu’un qui doit aller travailler”, a averti Valérie Pécresse, qui a demandé que le filtrage par les policiers et les forces de sécurité démarre dès 6h.

“Si on n’arrive pas à faire suffisamment respecter les distanciations sociales, nous sommes toujours sous le couperet d’une fermeture de lignes de train ou de gares si elles sont trop...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post