île-de-France : la tradition des étrennes est toujours vivante

Un petit geste pour bien commencer l'année. Lourdes Fernandes, que tout le monde appelle "Loulou", est gardienne d'un immeuble dans le 17e arrondissement de Paris. En ce mois de janvier, les résidents de son immeuble se succèdent à sa porte pour la couvrir de cadeaux. Les étrennes ne sont pas une obligation, mais c'est une tradition dans l'immeuble de Lourdes Fernandes. Un peu plus d'un mois de salaire "Je pense que ce n'est pas partout que l'on a des gardiennes qui s'impliquent dans la vie de l'immeuble et du quartier. C'est pour tous les services rendus", explique un résident. Des enveloppes, des cadeaux en tout genre : ces petites attentions représentent 1 000 euros, soit un peu plus d'un mois de salaire. "Ce n'est pas ça le plus important pour moi. L'important, c'est les moments que l'on vit ensemble, et l'entraide qu'il y a entre nous", assure la gardienne. En plus de son travail, "Loulou" veille aussi sur les personnes âgées de son quartier.