En Île-de-France, l'accès aux transports aux heures de pointe sera réservé aux personnes dotées d'une attestation

Le HuffPost avec AFP
Attention si vous devez prendre les transports en commun la semaine prochaine en Île-de-France. (photo d'illustration)

TRANSPORTS - À partir de lundi en Île-de-France, le port du masque sera obligatoire dès l’âge de 11 ans pour les passagers des transports en commun, qui seront “réservés aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer” (santé, convocation de justice, accompagnement des enfants), a déclaré ce jeudi 7 mai Élisabeth Borne.

La ministre de la Transition écologique, qui a la tutelle des Transports, s’exprimait lors de la présentation du plan de déconfinement du gouvernement.

Mercredi, la région Île-de-France a signé avec l’État, les collectivités, les employeurs, les syndicats et les opérateurs de transports, une charte visant à lisser les heures de pointe dans les transports et à maintenir au maximum le télétravail dans les entreprises, avait annoncé Valérie Pécresse.

Pour cela, la charte prévoit le maintien d’une “attestation employeur” indiquant pour chaque salarié les horaires auxquels il est autorisé à rejoindre son lieu de travail, et qui devra être produite, sur leur demande, aux agents de contrôle.

“Filtrage inacceptable” pour la CGT

De son côté, le syndicat CGT de la RATP a dénoncé ce jeudi l’attribution, à partir de lundi, “aux agents RATP chargés du contrôle (d’)un autre rôle en les associant à un filtrage des individus” autorisés à emprunter les réseaux de la régie aux heures de pointe.

“Pour la CGT-RATP, cette mesure est inacceptable” et la crise sanitaire “ne peut pas être un prétexte à attribuer” ce nouveau rôle aux contrôleurs, proteste le syndicat dans un communiqué.

La CGT-RATP voit une “nouvelle étape franchie contre les libertés individuelles” dans la nécessité d’une attestation de l’employeur pour utiliser les transports en commun en Île-de-France aux heures de pointe. “Dans cette nouvelle mesure, nous ne sommes plus dans notre mission” de service public, juge le syndicat. 

“Ce déconfinement le 11 mai, avec autant de contraintes pour les usagers, les missions et les impacts sur les...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post