"Être un leader, c'est être craint" : Christophe Castaner assume son autorité

·1 min de lecture

S'il se fait moins voir, Christophe Castaner n'a pas quitté l'arène. Loin de là. En septembre 2020, après avoir exercé les fonctions de ministre de l'Intérieur pendant près de deux ans, il a rejoint la tête du groupe LREM à l'Assemblée nationale. Celui qui a longtemps été vu comme le protégé d'Emmanuel Macron, dont il n'a jamais nié être proche, réussit sa reconversion. Longtemps critiqué - il a même été un temps la bête noire de Jean Castex - Christophe Castaner assume aujourd'hui son rôle, et le pouvoir qui va avec, comme le relate L'Express qui lui consacre un portrait ce mercredi 17 février. "J'écoute tous ceux qui veulent me voir, mais être un leader, ça veut dire savoir trancher, ça veut dire être craint", affirme-t-il.

Alors qu'il est désormais seul aux commandes, "lui et son équipe centralisent tout", notent nos confrères. "C'est ça avoir de l'autorité. J'ai besoin de tout savoir, tout voir, pour tout comprendre", assure l'intéressé, avant de poursuivre : "Après, quand je suis en confiance, il n'y a pas de problème, mais je sais bien que s'il y a une merde, ça sera de ma faute." Un style qui tranche avec celui de son prédécesseur, Gilles Le Gendre, qui était "davantage DRH que leader", comme le souligne L'Express.

Fort de son expérience passée, au parlement puis au ministère de l'Intérieur, Christophe Castaner n'est plus un novice en politique. Il sait désormais comment agir en cas de crise, maîtriser les fortes têtes mais aussi anticiper les polémiques. À l'Assemblée (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Christophe Castaner « blessé » : sa petite vengeance contre Gérald Darmanin
"Un rien peut faire basculer la situation" : Gabriel Attal met en garde
Le saviez-vous ? Sandrine Kiberlain a été dans le coma après son accouchement
"Le patron" : comment Christophe Castaner a mis la majorité présidentielle au pas
Denis Brogniart se lance dans... la littérature : « C’était un de mes rêves »