"Sans être encore dans un régime totalitaire, nous sommes déjà en post-démocratie"

·1 min de lecture

Ludovic Trolle, président de l’Institut éthique et politique Montalembert, laboratoire d'idées d'inspiration chrétienne, dénonce l'ère " post-démocratique " où les offres politiques de gauche comme de droite convergent au détriment des citoyens.

L’individualisme qui caractérise notre époque est une des sources de notre désaffection pour l’action politique et le bien commun. Pour qu’une situation moralement inacceptable nous fasse agir, il faut qu’elle nous affecte personnellement, sans quoi nous ne nous en préoccupons pas.Notre analyse politique, a permis, à cet égard, d’observer très souvent la séquence suivante : 1. Prise de conscience ; 2. Réaction naïve ; 3. Action inefficace, voire totale passivité. Cette attitude, prévisible, rend la population très vulnérable.Une crise profondePour identifier les manipulateurs potentiels, il suffit de se demander : à qui sert telle politique, telle loi, tel règlement, telle intervention ? Et la réponse est toujours un groupe de pression identifiable. Un candidat à l’élection présidentielle ne propose plus de vision ni de programme politique qui en découlerait mais une liste de mesures pour satisfaire tous les lobbies qui se sont manifestés à lui.On peut proposer un autre exemple de cette superficialité des idées politiques de notre classe politique, particulièrement au centre et à droite aujourd’hui en décomposition. Pour toutes ces organisations politiques, l’éducation n’est pas véritablement une " valeur ". La culture...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République