"Vous êtes vraiment effrayante" : Mathilde Panot clashée devant Léa Salamé...

L'approche du second tour des législatives - le 19 juin 2022 - fait monter la tension sur les plateaux télévisés. Sur BFMTV, Maxime Switek et Aurélie Casse ont eu du mal à rétablir l'ordre dans le débat, tandis que sur France 2, Léa Salamé et Laurent Guimier ont également eu fort à faire avec leurs invités. En effet, avec Mathilde Panot, députée LFI du Val-de-Marne, François Bayrou, président du MoDem, Jean-François Copé, maire LR de Meaux et Philippe Ballard, porte-parole du RN, les points de désaccord étaient nombreux. La guerre en Ukraine, la sécurité, la justice, le pouvoir d'achat, les déserts médicaux, l'hôpital public ou encore le réchauffement climatique ont été abordés avec passion par les intervenants. Lors des échanges, le ton a pu monter et les phrases assassines n'ont pas manqué, comme celle adressée à l'Insoumise présente. Ce à quoi elle n'a pas hésité à répondre.

Après l'avoir écoutée, Philippe Ballard a réagi aux propos de Mathilde Panot sur la police par une déclaration virulente : "Je vous écoute, vous êtes effrayante. Vous êtes vraiment effrayante." Une parole qui ne laisse pas insensible son adversaire politique : "C'est mon honneur de faire peur au RN [ou FN ? NDLR]." L'homme politique poursuit en l'attaquant pour son rapprochement avec Philippe Poutou, dont les déclarations sur la police ont suscité la controverse : "Vous êtes effrayants. Et je pense que vous êtes aussi très dangereux, vous n'aimez pas la France."...

Lire la suite


À lire aussi

Justin Bieber inquiet pour sa femme hospitalisée : "C'était vraiment effrayant"
Gros clash entre Wejdene et son danseur dans DALS ? "Il est vrai que...", un juré balance !
Koh-Lanta, un clash éclate entre Jade et Alix : ce qu'il s'est vraiment passé hors caméras !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles