Vous êtes nul en ricochets ? Voici les pierres que vous devriez choisir pour y arriver

AFP/Archives - LEON NEAL

Vous êtes nul en ricochets ? Ignorez les habituelles pierres fines et plates et essayez avec des plus grosses et incurvées, qui rebondissent plus haut, suggère une étude.

Depuis des siècles, les amateurs de ricochets savent que la sélection des cailloux est cruciale pour réussir l'exploit : plus les objets sont plats et fins, plus le nombre de rebonds a des chances d'être élevé. Pourtant, "on peut obtenir de nouvelles dynamiques passionnantes avec les pierres qu'on a l'habitude de rejeter", assure le mathématicien Ryan Palmer de l'Université britannique de Bristol.

Une pierre plus lourde produit un"saut tout-puissant"

Les galets plus gros et plus incurvés donnent ainsi quelque chose "de complètement différent mais tout aussi spectaculaire, avec d'énormes sauts à la surface de l'eau", décrit-il auprès de l'AFP. Ses recherches, publiées dans la revue scientifique Proceedings A de la Royal Society britannique, utilisent un modèle mathématique fondé sur la physique, avec des équations vieilles de plusieurs siècles.

Au départ, les scientifiques s'étaient penchés sur le sujet plus sérieux du givrage des avions, en analysant comment les cristaux de glace se détachaient de la couche de liquide formée sur leurs ailes. Leurs observations ont révélé "le même genre d'interaction que lorsqu'on se tient au bord d'un lac et qu'on essaye de faire rebondir une pierre à sa surface", explique le mathématicien.

Il s'est avéré qu'une pierre plus lourde donnait une "réponse super-élastique" produisant un "saut tout-puissant" : lorsque le projectile touche l'eau, la vitesse horizontale se transforme en vitesse verticale. Donc plus il est lourd, plus l'interaction est forte, décrit-il.

Le lancer doit rester parallèle à la surface

La courbure est un autre facteur clé parce qu'elle permet aux pierres plus lourdes d'effleurer l'eau.

Pour ceux qui veulent s'y essayer, la technique reste la même : le lancer doit être parallèle à la surface. Ryan Palmer a avoué ne pas être lui-même un as du ricochet, même s'il s'adonne volontiers à ce loisir quand l'occasion se présente. Il promet en plaisantant de tenter sa chance "surtout si la pierre ressemble à une pomme de t[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi