Évacués d'Azovstal, Marioupol détruite: quelle est la situation au 72e jour de la guerre en Ukraine?

De la fumée s'échappe du site Azovstal à Marioupol, le 29 avril 2022 - Andrey BORODULIN - AFP
De la fumée s'échappe du site Azovstal à Marioupol, le 29 avril 2022 - Andrey BORODULIN - AFP

Malgré la date-butoir du 9 mai qui approche, sur l'ensemble du front au 72e jour de la guerre, les efforts russes pour arracher des succès de prestige semblaient piétiner, selon des experts.

• La situation militaire à coûteaux tirés

D'un point de vue strictement militaire, les forces russes poursuivent leur offensive sur le Sud du pays et en particulier sur l'usine Azovstal de Marioupol, a affirmé vendredi le ministère ukrainien de la Défense. a affirmé vendredi le ministère ukrainien de la Défense.

Dans le bassin houiller du Donbass, où se concentre l'offensive de Moscou, Severodonetsk, l'une des villes d'importance encore sous contrôle ukrainien, est "quasiment encerclée" par les forces russes et les séparatistes prorusses, a indiqué vendredi le maire de cette ville de la région de Lougansk, Olexandre Striouk.

Plus au Nord, une contre-offensive ukrainienne à partir de Kharkiv pour mettre la deuxième ville du pays hors de portée de l'artillerie ennemie pourrait contraindre les Russes à "se renforcer près de Kharkiv où à risquer de perdre la plupart ou toutes leurs positions à portée d'artillerie", selon l'ISW.

876450610001_6305713903112

• Situation toujours difficile autour d'Azovstal

Lors d'une prise de parole tenue dans la soirée, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé que la ville portuaire de la mer Noire était "complètement détruite" et qu'il ne restait rien à prendre pour la Russie à part la fameuse aciérie. "Il faut comprendre que Marioupol ne tombera jamais (...), elle est déjà dévastée, il n'y a plus aucune structure, tout a été complètement détruit", a-t-il insisté.

Ce vendredi toujours, un nouveau convoi de l'ONU était attendu afin d'exfiltrer les derniers civils retranchés dans l'usine, qui est également la dernière poche de résistance ukrainienne dans la ville. En fin de journée, les autorités ukrainiennes ont annoncé avoir évacué 50 nouveaux civils de l'imposant complexe industriel.

"Nous avons réussi aujourd'hui à faire sortir 50 femmes, enfants et personnes âgées d'Azovstal. Demain matin, nous poursuivrons l'opération d'évacuation", a annoncé la Première ministre Iryna Verechtchouk sur Telegram, accusant en outre les forces russes d'avoir violé le cessez-le-feu en place pendant les évacuations. 876450610001_6305713451112

• Une prochaine réunion virtuelle du G7 avec Zelensky

Les dirigeants des grandes puissances du G7 vont tenir dimanche une réunion virtuelle consacrée à la guerre en Ukraine à laquelle participera aussi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a annoncé vendredi une porte-parole du chancelier allemand Olaf Scholz.

"Le 8 mai est une date historique marquant la fin de la deuxième guerre mondiale en Europe qui a occasionné la terreur, la destruction et la mort en Europe", a déclaré la porte-parole Christiane Hoffmann lors d'une conférence de presse régulière, estimant qu'avec l'actuelle guerre en Ukraine "la cohésion du G7 est plus importante que jamais".

L'Allemagne assure la présidence du G7 cette année.

• La Russie "pour toujours" dans le sud de l'Ukraine

La Russie restera "pour toujours" dans le sud de l'Ukraine, a affirmé vendredi un haut responsable parlementaire russe, Andreï Tourtchak, au cours d'une visite à Kherson, une importante ville ukrainienne dont Moscou revendique le contrôle total depuis mars.

C'est la première fois qu'un haut responsable russe annonce l'intention de Moscou de rester dans les territoires pris par l'armée russe depuis le début de l'opération en Ukraine le 24 février. La Russie a jusqu'ici soutenu que l'un de ses objectifs principaux était de "dénazifier" son voisin.

876450610001_6305618578112

• L'embargo sur le pétrole russe se précise et divise

Une nouvelle mouture du projet d'embargo européen sur les importations de pétrole russe avec des modifications demandées par plusieurs Etats membres a été discutée ce vendredi à Bruxelles.

Mais la Hongrie bloque la proposition de la Commission européenne d'interdire les achats de pétrole et de produits pétroliers à la Russie d'ici à la fin de l'année, estimant qu'elle porte "atteinte" à l'unité de l'UE.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles