Les évêques français créent un tribunal canonique pour juger les crimes commis au sein de l'Église

© JEFF PACHOUD / AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une révolution pour l'Église catholique de France. La Conférence des évêques de France a inauguré lundi à Paris un "tribunal pénal national épiscopal" pour juger efficacement et dans un lieu unique les délits commis au sein de l’Église. Une première mondiale qui était une recommandation de la Ciase, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église, qui avait évalué il y a un an à près de 330.000 mineurs victimes d’abus sexuel depuis 1950 (dont 216.000 par des prêtres).

>> LIRE AUSSI - Violences sexuelles dans l'Église : 11 nouvelles victimes signalées par des évêques de Picardie

Les membres du tribunal prêtent serment sur la Bible

Cette instance judiciaire n’a pas d’équivalent à l’étranger. Elle peut traiter, dès aujourd’hui, d’affaires d’agressions sexuelles sur majeurs, de délits financiers ou d’abus d’autorité, en vue d’écarter ou non de l’Église les catholiques impliqués, qu’ils soient clercs ou non. Ces jugements se faisaient jusqu’ici dans les diocèses. Ils ont désormais un caractère national, pour des peines plus harmonisées à l’échelle du pays et moins influencées par des intérêts locaux.

Au siège de la Conférence des évêques de France à Paris, dans la chapelle Saint-François-de-Sales, la cérémonie d’inauguration commence par une messe. Parmi les fidèles, huit prêtres et cinq laïcs, dont quatre femmes, tous bénévoles pour endosser de nouvelles fonctions au sein du nouveau tribunal national épiscopal dont ils font partie. Chacun d’entre eux est app...


Lire la suite sur Europe1