Événements festifs et coronavirus : "Il va falloir inventer de nouvelles façons de faire la fête", estime une adjointe au maire de Montreuil

franceinfo
·2 min de lecture

Alors que se développent des "free-party" et autres événements non-autorisés, plusieurs municipalités affichent leur inquiétude, notamment face au risque sanitaire lié au coronavirus. Mais alors que les boîtes de nuit n'ont pas rouvert, et que de nombreux événements de l'été ont été annulés, "il va falloir inventer de nouvelles façons de faire la fête", a estimé dimanche 2 août sur franceinfo Loline Bertin, adjointe au maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis) à la tranquillité publique et vie nocturne.

franceinfo : Les municipalités sont-elles désarmées face à ce genre d'événements sauvages ?

Loline Bertin : On est face à un phénomène qu'on connaissait moins auparavant, et qui s'explique : on le comprend par le besoin de se retrouver, de faire la fête dans un cadre post-confinement, où les événements traditionnels de l'été ont été annulés, où les boîtes de nuit n'ont pas rouvert. Il faut donc apporter des réponses nouvelles : notre devoir est d'accompagner le monde de la nuit, dans le respect des règles, induites d'abord par la crise sanitaire que l'on vit, et puis par la tranquillité des riverains et le respect de l'environnement.

Pourquoi la ville de Montreuil a-t-elle annoncé qu'elle porterait plainte systématiquement à la suite de ce genre d'événements ?

On a déposé plainte contre les organisateurs à chaque occurrence de "free-party" dans le parc des Beaumonts. On ne l'a pas fait par gaieté de coeur ou car (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi