Des étudiants s’attaquent au problème de la pollution de l’eau potable

Nathalie Mayer, Journaliste

L’histoire commence par une prise de conscience. Celle d’Eliot Courtel, un jeune développeur. Au détour d’un voyage au Vietnam. Dans le pays, l’eau est polluée. Elle est responsable de maladies, parfois graves. Un moyen d’analyse et de monitoring bas coût et haute autonomie pourrait aider à améliorer la situation. Alors lorsque l’École des technologies numériques avancées (ETNA), en région parisienne (France), a lancé, en mai 2019, son défi Tech for Good, Eliot et quelques autres ont saisi l’occasion.

« Nous avons développé un projet de flotteur d’analyse de la pollution de l’eau », raconte Flavien Berwick, responsable du projet. Le projet WellCheck. L’idée a séduit Sigfox, partenaire de l’opération Makers Camp de l’ETNA. À tel point que l’opérateur télécom de l’Internet des objets a offert à l’équipe trois mois d’incubation exceptionnelle au sein de sa Hacking House. C’était au cours de l’été 2019.

Le flotteur envoie des données sur l’état de l’eau toutes les dix minutes

« Notre flotteur, est une sorte de bouée de 20 centimètres de diamètre. Une bouée équipée de capteurs. Une fois allumé et placé au fond d’un puits, le flotteur envoie des données sur l’état de l’eau, toutes les dix minutes », précise Flavien Berwick. Des données relatives à son pH, à sa turbidité – une sorte de mesure de sa clarté –, sa température et la demande chimique en oxygène (DCO) — qui donne une idée de la charge en polluants organiques.

La solution WellCheck se décompose en un flotteur équipé de capteurs qui analysent l’eau des puits et une antenne qui renvoie les données recueillies vers des serveurs distants. Le tout appuyé par une application qui aide à visualiser les informations relatives à la pollution des eaux sur une région. © WellCheck

Bientôt en test sur le terrain

Ces données peuvent, d’une part, servir à allumer une LED de couleur verte ou rouge qui signale aux locaux un problème de qualité de l’eau. D’autre part, elles peuvent être exploitées sur une carte, par le biais d’une...

> Lire la suite sur Futura