États-Unis : Columbia sanctionne des étudiants pro-palestiniens qui occupent le campus

L'université Columbia à New York, d'où est parti un mouvement pro-palestinien sur des campus aux États-Unis, a commencé lundi à "suspendre (administrativement) des étudiants" qui refusent de quitter un campement installé depuis dix jours sur le campus. La présidente de la faculté avait lancé un ultimatum aux étudiants.

La nouvelle vague du mouvement d'étudiants et de militants contre la guerre que conduit Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza a gagné nombre d'établissements aux États-Unis. L'université Columbia à New York, d'où est parti ce mouvement, a commencé, lundi 29 avril au soir, à sanctionner des étudiants qui refusent de quitter, "sauf par la force", un campement installé depuis dix jours.

"Nous avons commencé à suspendre (administrativement) des étudiants, dans le cadre de cette nouvelle étape pour assurer la sécurité de notre campus", a annoncé à la presse le vice-président chargé de la communication de Columbia, Ben Chang.

Au lendemain d'un week-end relativement calme sur le campus, où est installé un "village" de tentes, la présidente de Columbia Minouche Shafik a lancé lundi un ultimatum expirant à 18 h GMT. Elle a exhorté 200 occupants d'un campement à partir, à la suite de l'échec de cinq jours de négociations pour une solution à l'amiable.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Manifestations pro-palestiniennes dans les campus américains : arrestations à Boston et en Arizona
Manifestations pro-palestiniennes : haro sur Minouche Shafik, la présidente de l'université Columbia
États-Unis : à l'université Columbia, un campement de pro-palestiniens déterminés