Des étudiants en BTS positifs au Covid contraints de passer un examen en présentiel

·1 min de lecture

Ce vendredi 2 avril, les étudiants en BTS des académies de Paris, Versailles et Créteil ont passé une épreuve terminale à la maison des examens d’Arcueil, dans des conditions sanitaires qu'ils jugent insuffisantes. Plusieurs étudiants positifs au Covid-19 s’y sont présentés, "forcés" selon eux par le service chargé de l’organisation.

Venus passer leur épreuve d'anglais à la Maison des examens d’Arcueil, de nombreux étudiants en BTS dénoncent, image à l’appui, un protocole sanitaire trop léger. Ceux d’entre eux qui ont indiqué aux organisateurs de l'examen être cas contact ou positifs au Covid-19 n’ont pas été incités à rester chez eux.Annulées l’an dernier au profit du contrôle continu, les épreuves terminales des BTS ont été maintenues cette année. Avant les épreuves communes qui doivent se dérouler la semaine du 10 mai, de nombreux étudiants ont passé vendredi 2 avril l’épreuve d’anglais.Si dans la plupart des académies l’examen s’est déroulé dans des lycées, des étudiants des académies de Paris, Versailles et Créteil étaient eux convoqués à la Maison des examens d’Arcueil, gérée par le Service interacadémique des examens et concours (SIEC). Dès la fin de l’épreuve, des vidéos ont été publiées sur les réseaux sociaux, montrant des étudiants entassés dans les escaliers, attendant l’ouverture des salles.#BTSCONTROLECONTINU ⚠️⚠️Aucune distanciation, Aucun gel hydroalcoolique, et certainement des dizaines d’étudiants positif au COVID-19 qui sont venu ne voulant pas...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République