Étudiant retrouvé mort dans les Ardennes: l'autopsie ne révèle aucune intervention volontaire d'un tiers

·2 min de lecture
Valentin Gomes a été retrouvé mort dans les Ardennes. - BFMTV
Valentin Gomes a été retrouvé mort dans les Ardennes. - BFMTV

L'autopsie pratiquée à l'institut médico-légal de Reims n'a pas permis "de déterminer à ce stade la cause de la mort" de Valentin Gomes, a indiqué le procureur de la République de Charleville-Mézières dans un communiqué ce mercredi. Le corps de l'étudiant disparu ce week-end dans les Ardennes a toutefois pu être "identifié avec certitude".

L'autopsie "ne permet pas de retrouver de trace objective de l'intervention volontaire d'un tiers ayant causé une lésion", a expliqué Laurent de Caigny. Et d'affirmer: "le décès est survenu au lieu de découverte du cadavre" et "les blessures superficielles relevées (...) paraissent compatibles avec des écorchures pouvant résulter d'un frottement accidentel sur une végétation épineuse, voire sur un fil de fer barbelé type clôture de champs".

"Seules les analyses toxicologiques et anatomopathologiques des prélèvements réalisés lors de l'autopsie pourront éclairer le déterminisme mortel", a précisé le communiqué.

Découvert dans un champ

"À ce stade l'enquête reste criminelle, rien n'excluant cette hypothèse, le trajet du défunt depuis son départ de la soirée jusqu'à sa mort restant à préciser pour en comprendre la raison, le sens et les interactions éventuelles avec un tiers", a ajouté le parquet, précisant que "les auditions de témoins se poursuivent".

Valentin Gomes, étudiant de 23 ans à Polytech Lille, avait disparu dans la soirée de samedi, au cours d'un week-end d'intégration organisé à Signy-L'Abbaye. Selon ses camarades, "l'étudiant "n'était pas décrit comme suicidaire ou dépressif", et ils avaient même "l'habitude de le voir ainsi quitter une soirée sans prévenir".

Le corps du jeune homme avait finalement été retrouvé mardi dans un champs par un couple d'agriculteurs, à cinq kilomètres du lieu de sa disparition. Selon le procureur, son corps portait "plusieurs traces de blessures de type éraflures" et un "certain désordre vestimentaire" a été constaté.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles