Étudiant immolé : "C'était la fierté de la famille, il s'était mis en sciences politiques pour faire bouger les choses", témoigne son cousin

franceinfo

Une centaine d'étudiants a manifesté mardi 12 novembre devant le Crous de Saint-Étienne (Loire), pour rendre hommage à Anas, l'étudiant stéphanois qui s'est immolé par le feu vendredi à Lyon pour dénoncer sa situation de précarité.

"Pour la cause des étudiants il était toujours là, il s'était mis en sciences politiques pour faire bouger les choses", a témoigné son cousin Medhi au micro de France Bleu Saint-Étienne Loire. "C'était la fierté de la famille", a témoigné le jeune homme, présent à ce rassemblement. "Il a peut-être ruiné sa vie à cause de la politique."

S'il a fait bouger les choses pour qu'on puisse en parler, ça sera déjà bien

Medhi, cousin de la victime

à France Bleu Saint-Étienne Loire

Après plusieurs prises de parole, la centaine de personnes réunie a décidé de se mettre en marche dans les rues du centre-ville de Saint-Étienne, en direction de la préfecture de la Loire. Après quelques minutes passées devant la préfecture, les manifestants ont été dispersés par les forces de l'ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. Deux personnes ont été interpellées.

À Lyon, ils étaient également plusieurs centaines d'étudiants réunis devant le siège du Crous. Une trentaine devant celui d'Amiens d'après France Bleu Picardie.

Touché à 90%, ce jeune de 22 ans est toujours "entre la vie et la mort" à l'hôpital. En difficulté financière - il avait perdu (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi