Un étudiant bègue ridiculisé par des recruteurs : «L’assistante RH n’a pas su contrôler son fou rire»

Danis, Gabrielle
Le jeune homme passait un entretien pour devenir comptable quand les deux recruteuses ont ri de son bégaiement. / Shutterstock

Début août, un étudiant bègue avait passé un entretien au cours duquel il subit une série d’humiliations. Ridiculisé pour son élocution par une des recruteuses, ce dernier l’a dénoncée sur Linkedln et a finalement trouvé un emploi.

Il a finalement obtenu gain de cause. Papa Sarr, un étudiant de l’Inseec de 24 ans, avait été ridiculisé par une recruteuse lors d’un entretien pour un poste de comptable il y a quelques semaines à cause de son bégaiement. Le jeune homme a finalement réussi à décrocher un emploi après avoir contacté une influenceuse sur les réseaux sociaux, qui a relayé l’histoire jusqu’à ce qu’un nouveau recruteur tombe dessus.

Papa Sarr, étudiant en école de commerce, cherchait donc un emploi en alternance au début des vacances d’été. Convoqué pour un entretien, le jeune homme informe les deux recruteuses d’un bégaiement qu’il a depuis son enfance. Le jeune homme assure avoir précisé que cela ne compromettait pas la qualité de son travail, n’ayant jamais considéré son élocution comme un handicap.

Papa Sarr s’est alors lancé dans sa présentation, en passant outre les blocages qu’il a eus avec certains mots. Selon son récit publié sur le site des Echos Start, ceci semble avoir beaucoup amusé l’assistance RH qui l’a interrompu au bout de quelques secondes avec des gloussements et des rires moqueurs. Toutefois, le jeune homme s’est efforcé de ne pas y prêter attention et a poursuivi son pitch. Les rires n’ont pourtant pas cessé et fait qu‘amplifier son bégaiement.

Selon Les Echos Start, ses efforts n’ont servi à rien. «Malheureusement, l’assistante RH n’a pas su contrôler son fou rire. Celui-ci a persisté durant tout le début de l’entretien à tel point que sa collègue a été obligée de lui faire un signe de la main pour qu’elle arrête», a confié le jeune homme. Celui-ci est finalement arrivé au bout de l’entretien en essayant de proposer des (...)

Lire la suite sur Figaro.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :