Une étude montre que le variant anglais serait plus mortel

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Boris Johnson avait déclaré, il y a plusieurs semaines maintenant, que le variant anglais (B.1.1.7) semblait plus létal. Après cette annonce, de nombreuses études scientifiques ont été publiées concernant ce variant et toutes pointaient sa transmissibilité accrue, mais pas sa létalité. Aujourd'hui, les scientifiques du London School of Hygiene & Tropical Medicine publient en prépublication une étude statistique qui indique que le variant anglais est bel et bien plus létal que le variant D614G, qui perd du terrain. Ce travail n'a pas encore été relu par la communauté scientifique, les conclusions sont donc à prendre avec précaution et pourront changer à la faveur d'une future publication dans un journal scientifique à comité de relecture.

Un risque de décès plus important pour le variant anglais

Dans cette étude, les scientifiques ont utilisé les données d'OpenSAFELY, une plateforme qui regroupe les données médicales des patients pris en charge par le National Health Service, soit 40 % des Anglais. Les personnes ayant été diagnostiquées pour le SARS-CoV-2 entre le 16 novembre 2020 et 11 janvier 2021 et qui n'ont pas été vaccinées ont été incluses dans cette analyse, soit 184.786 personnes dont 91.775 infectées par le variant anglais et 93.011 infectées par le variant D614G (appelé aussi non-variant). En général, le variant anglais infecte des personnes plus jeunes et moins fragilisées par des facteurs de comorbidité que le non-variant. Au total, 419 décès sont imputables au variant et 418 à la souche D614G.

Pour cet échantillon, les scientifiques ont d'abord calculé le risque relatif de décès pour le variant et le non-variant. Lorsqu'il est ajusté en fonction de l'âge et des comorbidités, le risque relatif de décès est supérieur de deux tiers (HR : 1,67, intervalle de confiance de 95 % : 1,34–2,09) par rapport à celui calculé pour le non-variant. Plus simplement, les scientifiques expliquent que pour trois morts causées par le non-variant dans une population donnée,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura