Une étude confirme que le risque d'infarctus augmente après une tempête solaire

MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / SPB / SCIENCE PHOTO LIBRARY VIA AFP

Lors des tempêtes solaires, le plasma projeté vers la Terre interfère avec son champ magnétique. Un évènement cyclique, qui ne serait pas sans conséquence sur la santé humaine : des chercheurs ont observé que ces tempête pouvaient provoquer une dérégulation de la fréquence cardiaque, augmentant le risque d'infarctus chez les plus fragiles.

Plutôt connues pour leur , les tempêtes solaires auraient également des conséquences non négligeables sur notre santé. A l'abri dans son bouclier magnétique, la Terre est protégée des plus fortes "bourrasques" de plasma, éjectées dans l'espace lors des éruptions solaires à plus de 2 millions de km/h. Lorsqu'elles atteignent notre planète au bout de 2 à 3 jours environ, une petite partie de ces particules pénètrent le champ magnétique terrestre, perturbant son équilibre : il s'agit d'un orage magnétique, provoquant la formation d'aurores et interférant avec le matériel électronique, en particulier dans les hautes latitudes et en altitude.

Cette rencontre d'un vent solaire chargé de particules avec la magnétosphère terrestre aurait un impact "quasi immédiat" sur le système nerveux et cardiaque. Celui-ci augmenterait le risque de survenue d'évènements aigus comme une insuffisance cardiaque voire un infarctus. Ce sont les conclusions d'une étude menée par des chercheurs de Boston (Etats-Unis) et de l'université de Suède, publiée le 26 mai 2022 sur . Elle est la première a confirmer ce phénomène sur un large effectif de population.

Des études qui corroborent le risque sur la santé

Précédemment, plusieurs travaux menés sur de petits effectifs au Minnesota (Etats-Unis) et en Lituanie ont montré un risque accru de mortalité, lié aux effets d'une activité géomagnétique perturbée sur la fréquence cardiaque. En 2019, une étude parue sur avait mis en lumière l'effet "quasi immédiat" de cette interaction sur l'activité cardiaque, augmentant "le risque de mortalité totale et cardiovasculaire dans 263 villes américaines". Toutefois, des lacunes persistaient, notamment sur l'impact de la pollution de l'air, qui joue aussi un rôle dans l'augmentation des risques cardiovasculaires.

Dans cette nouvelle étude, la prise en compte du taux de pollution atmosphérique, des comorbidités comme le diabète ou les maladies coronariennes et des habitudes de vie (tabagisme, prise d'alcool) a perm[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles