Étrangeté du vivant : un zèbre né sans rayures, mais avec des pois

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Tira est un petit zèbre né dans le parc du Masai Mara au Kenya en 2019. Il a rapidement été surnommé « the odd one », l'intrus. Et pour cause, au lieu d'être rayé de blanc et de noir, ou de brun pour les poulains, Tira a une fourrure marron avec des pois blancs. Difficile de passer inaperçu dans la savane avec un tel pelage !

Il s'agit du pseudo-mélanisme. Le pseudo-mélanisme est une mutation génétique qui modifie le motif ou la couleur du pelage d'un animal. Dans le cas de Tira, la mutation génétique a transformé ses rayures en pois, mais d'autres aberrations, comme des zèbres blonds ou des rayures qui s'arrêtent brusquement, ont été aussi observées.

Le mystère des rayures de zèbre enfin expliqué ?

Le pseudo-mélanisme est habituellement rare chez les mammifères, mais chez certaines populations de zèbres, cette mutation apparaît beaucoup plus fréquemment qu'à l'accoutumée. C'est le cas pour les zèbres des plaines (Equus burchellii), qui sont quasi menacés. Dans une étude récente, des scientifiques américains, spécialisés dans l'écologie et l'évolution, ont mis le doigt sur l'origine du problème. Les troupeaux de zèbres concernés vivent souvent dans des habitats fragmentés, essentiellement dans l'est de l'Afrique, ce qui réduit le flux génétique entre les groupes.

À force de se reproduire entre eux, le patrimoine génétique des animaux s'appauvrit et les mutations génétiques et les cas de pseudo-mélanisme explosent. Les zèbres au pelage altéré ne sont pas malades et ne semblent pas rejetés par leurs semblables, mais ils pourraient être plus faciles à repérer par les prédateurs.

Un autre exemple de pseudo-mélanisme observé chez un jeune zèbre des plaines vivant près du lac de Mburo en Ouganda. © Brenda Larison et al. Molecular Ecology
Un autre exemple de pseudo-mélanisme observé chez un jeune zèbre des plaines vivant près du lac de Mburo en Ouganda. © Brenda Larison et al. Molecular Ecology

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura