Un étrange "sursaut radio rapide" répétitif soulève encore plus de questions sur la nature de ces objets

Bill Saxton, NRAO/AUI/NSF

Une équipe internationale d'astronomes a repéré le deuxième exemple d'un Fast radio burst (FRB) très actif et répétitif. De quoi renforcer encore les interrogations sur la nature des sursauts radio rapides, que les scientifiques ne parviennent pas encore pleinement à expliquer.

Il est seulement le deuxième exemple connu à ce jour de sursaut radio rapide, ou Fast radio burst (FRB), hautement actif en permanence. Découvert en 2019 par le plus grand radiotélescope à antenne unique au monde, FRB 190520 soulève aujourd’hui toute une série de questions, que posent les astronomes qui l’ont repéré et l’ont étudié dans un article publié mercredi 8 juin 2022 dans la revue . Pourquoi émet-il des salves d'ondes radio fréquentes et continues, alors que plus de 95% de la centaine de FRB connus à ce jour ne se répètent pas ? Et quoi est due cette différence ?

En réalité, depuis la toute première détection des FRB en 2007, la liste des interrogations au sujet de ces émissions d’ondes radio très intenses et très brèves ne semble cesser de s’allonger. Avec une question principale en suspens : à quoi correspondent-elles ? En effet, si nous les attribuons à des explosions cosmiques, nous ignorons encore tout de leur nature et de leur origine. Toutefois, les astronomes s'accordent sur un point : les FRB viennent de galaxies très, très lointaines.

Des phénomènes extrêmes

Il ne fait pas non plus de doute qu'un FRB est la marque d’un phénomène extrême. Il peut émettre en quelques millisecondes l’équivalent de l’énergie émise par le Soleil en 80 ans ! Deux sources hypothétiques sont aujourd’hui avancées pour expliquer ces sursauts : des cataclysmes, comme des collisions entre des objets très denses et très massifs (la fusion entre deux trous noirs, deux , ou un trou noir et une étoile à neutrons), ou des objets qui ont une émission radio périodique, tels que des étoiles à neutrons très massives avec des champs magnétiques intenses.

Grâce à une étude plus précise à l’aide du Karl G. Jansky Very Large Array (VLA) de la National Science Foundation, et à des observations directes avec le télescope optique Subaru à Hawaï, les chercheurs ont pu établir que FRB 190520 était objet à la périphérie d'une galaxie naine située à près de 3 milliards d'années-lumière de la Te[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles