Une étrange nébuleuse d'associations dénonce l'"islamophobie" française auprès de la Commission européenne

·1 min de lecture

Vingt-cinq organisations ont écrit le 8 mars à la présidente de la Commission européenne pour lui demander d'agir contre l'"islamophobie gouvernementale" française. Un texte signé par certaines associations au profil trouble qui mêle condamnations de la loi contre le séparatisme et des caricatures de Mahomet.

Les accusations d'islamophobie fleurissent. Pendant que l'IEP de Grenoble se déchire après que les noms de deux professeurs ont été placardés devant l'établissement, c'est au tour du gouvernement français de se voir accusé d'"islamophobie". Vingt-cinq organisations ont signé une lettre adressée à Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, pour l'inviter à agir contre les "lois islamophobes françaises". Un texte accumulant les confusions et faisant fi de la menace posée par l’islamisme. Où se mêlent dénonciation d’une "islamophobie" qui structurerait le gouvernement et condamnation des caricatures de Mahomet. Le profil de certaines associations signataires interroge.Pour les organisations émettrices du texte, pas de doute, le gouvernement français produit une "islamophobie" "structurelle" et "systémique". D'où leur appel à Ursula von der Leyen : "il est impératif que vous preniez un rôle de premier plan en tant que présidente de la Commission européenne pour intervenir dans les lois françaises qui visent les musulmans.""Agenda raciste et islamophobe"À la lecture des 56 points de la lettre rédigée en anglais, on comprend que la récente loi...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République