Une étrange créature marine qui n'avait pas d'yeux et se déplaçait sur des échasses

Près du lac Simcoe dans le sud du Canada, se trouve une carrière remplie de fossiles marins. Au point où elle a été récemment surnommée « Paléo Pompéi » ! Dans cette carrière, des scientifiques y ont déniché de nombreux fossiles datant de l’Ordovicien, la deuxième période du Paléozoïque qui s’étend d’il y a 488 millions d’années à 444 millions d’années. À cette époque, pas de carrière mais de l’eau, plus exactement une mer tropicale peu profonde qui recouvrait la majorité du Canada actuel. Petit à petit, les tempêtes ont transformé le paysage, recouvrant la mer de sédiments, et ses habitants par la même occasion. « Ce que nous voyons, c'est l'enfouissement rapide de ces organismes qui vivaient sur ce fond plat et peu profond de l'océan et qui ont été étouffés à plusieurs reprises par de grandes coulées de boue sous-marine provenant de tempêtes », déclare Joseph Moysiuk, premier auteur d’une étude publiée dans la revue Journal of Paleontology et chercheur en biologie évolutive au Musée royal de l’Ontario.

Au sein de « Paléo Pompéi », l’équipe de paléontologues a retrouvé une créature pour le moins étonnante ! Nommée Tomlinsonus dimitrii, elle appartient à une classe d’arthropodes éteints, les marrellomorphes, qui peuplaient les océans il y a 450 millions d’années. Son corps, rapportent les chercheurs, est dans un état exceptionnellement bien conservé, d’autant plus qu’elle possède un corps mou !

L'arthropode Tomlinsonus dimitrii se déplaçait sur une seule paire de pattes, en forme d'échasses ! © Royal Ontario Museum
L'arthropode Tomlinsonus dimitrii se déplaçait sur une seule paire de pattes, en forme d'échasses ! © Royal Ontario Museum

Un arthropode marrellomorphe bien conservé

Dans la plupart des cas, ce type de corps ne se fossilise pas, mais se décompose. « Quand nous pensons aux fossiles, nous pensons généralement à des choses comme des os et des coquilles de dinosaures. Cependant, la préservation des tissus mous est très rare, et il n'y a que quelques sites dans le monde où des organismes à corps mou ont été trouvés », détaille J. Moysiuk. D’après les paléontologues, ce nouveau...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles