Les étoiles mourantes détruisent les astéroïdes grâce à leur seule lumière

Céline Deluzarche, Journaliste
1 / 2

Les étoiles mourantes détruisent les astéroïdes grâce à leur seule lumière

Dans le classique jeu d’arcades Asteroids, le vaisseau spatial doit détruire les astéroïdes à l’aide d’un rayon laser. Lorsqu’il est touché, l'astéroïde se divise en deux blocs, lesquels peuvent à leur tour être détruits. Remplacez le rayon laser par la lumière d’une étoile, et vous obtenez ce qui se passe pour de vrai dans l’univers.

Deux chercheurs américains viennent de décrire avec précision ce scénario, dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. Voici comment cela se passe. Lorsqu’une étoile arrive à court d’hydrogène, son carburant principal, elle se dilate jusqu’à devenir des centaines de fois plus grosse avant de s’effondrer en naine blanche. Durant cette phase de « géante rouge », sa luminosité est multipliée par 10.000 et son rayonnement est tellement intense qu’il est absorbé par les astéroïdes aux alentours. Cette énergie lumineuse est redistribuée à l'intérieur de l’astéroïde, créant un déséquilibre de couple entre la gravitation et la force centrifuge qui met l’astéroïde en rotation. D’abord très lente, la vitesse de rotation s’accélère de plus en plus jusqu’à atteindre une rotation complète toutes les deux heures (par comparaison la Terre met 24 heures à tourner sur elle-même). Ce phénomène est connu sous le nom d'effet Yorp, du nom de quatre scientifiques (Yarkovsky, O'Keefe, Radzievskii, Paddack) qui l’ont découvert.

Plus de 10 divisions successives

L’effet de couple devient alors tellement puissant que l’astéroïde finit par se briser en deux sous l’action de sa propre force centrifuge. Chaque morceau restant est ensuite soumis au même phénomène, jusqu’à ce qu’il n'en reste plus que des débris suffisamment petits pour ne pas être affectés. D’après les calculs des chercheurs, il peut se produire ainsi plus de 10 fissions successives. Au final, il ne reste plus que des débris métalliques, formant un disque de poussières autour de la naine blanche. « Plus d'un quart des naines blanches contiennent des débris métalliques...

> Lire la suite sur Futura