Étoiles filantes, Mars, Saturne, Jupiter : ce qu’il ne faut pas rater dans le ciel de novembre

Xavier Demeersman, Journaliste
·2 min de lecture

À l’inverse du précédent confinement, les nuits sont de plus en plus longues à l’approche du solstice d’hiver, et naturellement les températures sont plus fraîches. Des nuits très longues qui commencent avant 19 h, c’est parfait pour qui veut profiter longuement du ciel étoilé, s’y égarer ou encore le découvrir, pourvu d’être habillé chaudement (une infusion brûlante à portée de main).

Néanmoins, pour celles et ceux qui vivent en ville ou en banlieue, tous les luminaires et monuments éclairés du soir au matin ne vont pas s’éteindre pendant le confinement. La nuit restera enveloppée de cette lueur orangée qui efface des milliers d’étoiles. Mais tout n’est pas perdu, car les objets les plus brillants, eux, sont bien visibles.

Sur cette superbe photo de Mars prise depuis la Terre, le 30 octobre, par un astronome amateur, on peut voir le canyon de 4.000 km de long, Valles Marineris.

Mars est toujours très brillante

La grande star du ciel en ce moment est Mars. Un mois après sa plus petite distance avec la Terre (c’était le 6 octobre, et son opposition le 13 octobre), la planète rouge demeure un ardent point brillant aux couleurs de braises que vous avez sans doute déjà remarqué, suspendu haut dans le firmament (à l’est, dés que le coucher du Soleil). Notre voisine demeure une cible privilégiée pour un grand nombre d’amateurs (novices ou pas) et d’astrophotographes.

Malheureusement la période la plus favorable pour l’observer n’est plus très loin de se conclure. Il ne faut donc pas manquer un seul de ses rendez-vous nocturnes, avant qu’elle ne soit plus qu’une lueur chancelante. Pour l’instant, Mars domine tous les autres astres, y compris Jupiter, et n’abdique vraiment que lorsque Vénus fait...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura