Cette étoile qui passionne les scientifiques est de plus en plus bizarre

Grégory Rozières
Les chercheurs ne comprennent pas ce qui arrive à cette étoile, alors certains évoquent la piste extraterrestre.

ESPACE - Plus les chercheurs s’intéressent à KIC 8462852, plus le mystère s'épaissit. Cette fameuse étoile avait fait parler d'elle en octobre 2015, car un énorme objet semblait passer devant elle de nombreuses fois, cachant ainsi 20% de la surface de ce soleil à nos télescopes (pour en savoir plus sur cette étoile, cliquez ici).

Plusieurs hypothèses étaient alors émises pour expliquer ce phénomène jamais vu auparavant: nuage de poussière cosmique, nuée de comètes... Evidemment, l'une d'entre-elles faisait mention d'une civilisation extraterrestre ayant construit une énorme centrale solaire en orbite autour de l'étoile. Depuis, de nombreux scientifiques ont tenté de comprendre cette bizarrerie astronomique.

Benjamin Montet et Joshua Simon, deux astrophysiciens du California Institute of Technology, viennent justement de mettre en ligne un article dédié à KIC 8462852 (aussi appelée étoile de Tabby). Et leurs conclusions rajoutent encore du mystère à cette intrigante histoire: l'étoile ne perd pas simplement une grande partie de sa luminosité par "pic" avant de la regagner: sur les quatre dernières années, elle a perdu une partie de celle-ci définitivement et à un rythme incroyable.

Essayer de se convaincre que "ceci n'est pas réel"

"Ce qui m'a vraiment surpris, c'est à quel point cette perte de luminosité était rapide et non linéaire", explique Benjamin Montet à Gizmodo. "Nous avons passé beaucoup de temps à nous convaincre que ce n'était pas réel", a-t-il rajouté.

Pour arriver à leur conclusion, les deux scientifiques ont analysé des images de Kepler. C'est avec les images de ce télescope spatial, qui sert notamment à repérer des planètes en dehors du système solaire, en les "voyant" passer devant leur étoile et l'obscurcir, que des chercheurs ont en premier lieu découvert que quelque chose clochait avec KIC 8462852.

En utilisant des images plus rares, mais extrêmement précises prises par Kepler pendant ses...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

[[HUFFPOST_FR_LINKS]]