Étienne, Étienne la chanson que Guesch Patti a vendu en même temps à deux producteurs

Étienne, Étienne, Étienne
Oh! Tiens-le bien
Baisers salés salis
Tombés le long du lit, de l'inédit
Il aime à la folie
Au ralenti, je soulève les interdits

En avril 1987, sort une chanson érotico-rock qui devient vite un gigantesque hit. Étienne reste cinq semaines en tête du top 50 et est certifié disque d'or (plus de 500.000 exemplaires). Au total, ce single se serait écoulé à 1,5 million d'exemplaires. Aux Victoires de la musique, son interprète Guesch Patti reçoit le prix de la révélation féminine de l'année.

Mais ce succès cache une sombre histoire de gros sous. Car deux producteurs rivaux revendiquent tous les deux les droits sur ce tube. L'un accuse l'autre de l'avoir escroqué, avec la complicité de Guesch Patti. Mais qu'en est-il? Depuis trente ans, la justice tente donc d'établir la vérité, avec difficulté car les faits sont ambigus, et beaucoup de choses ont disparu, à commencer par un des deux producteurs, parti à l'étranger... Résultat: malgré une quarantaine de décisions de justice (dont huit de la Cour de cassation), ce procès fleuve n'est toujours pas achevé...

Deux contrats avec deux producteurs différents

A l'origine de cet imbroglio, le fait que Guesch Patti ait signé deux contrats de production avec deux producteurs différents, chacun des deux contrats étant bien sûr "exclusif"!

Le premier producteur est l'italien Cesare Rancilio, dirigeant et actionnaire...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi