Éthiopie: les Tigréens à l'offensive vers le sud alors que les combats s'intensifient

Les combats progressent plus au sud en Éthiopie. Samedi l’armée fédérale avait annoncé s’être retirée de Kobo, une localité non loin de la frontière avec le Tigré et tombée aux mains des rebelles. Depuis des affrontements sont signalés en direction de la ville stratégique de Weldiya, dans la région Amhara.

Des sources humanitaires et des témoins ont rapporté lundi des affrontements à mi-chemin entre Kobo et la ville de Weldiya, située à une cinquantaine de kilomètres plus au sud en territoire amhara et considéré comme un carrefour clé. Cet axe permet aux Tigréens de s’ouvrir la voie menant à la capitale Addis-Abeba au sud et une route menant au cœur de la région amhara. Un témoin originaire de Kobo, déplacé à Weldiya a rapporté à l’AFP avoir entendu lundi des tirs à l’arme lourde et évoque « d’intenses combats non loin » de là, rapporte notre correspondante régionale, Florence Morice.

Les rares sources sur place évoquent une grande violence et des civils fuyant la ligne de front. Les forces rebelles affirment y avoir repoussé l'offensive gouvernementale déclenchée en direction de leur capitale, Mekele.

« Neutraliser » les menaces à la sécurité du Tigré

Au cours d’une conférence de presse, lundi, Getachew Reda, le porte-parole du TPLF, s’est félicité que ses troupes aient réussi à « résister » à l’ « offensive » lancée selon lui par Addis-Abeba contre le Tigré. Il a juré mardi 30 août que leurs forces « continueraient de progresser », affirmant que l’objectif de la « contre-offensive » du TPLF n’est pas de « contrôler » de nouveaux territoires en région Amhara, mais de « neutraliser » quiconque menacerait la sécurité du Tigré.


Lire la suite sur RFI