Éthiopie: expulsion des 7 responsables d'agences humanitaires de l’ONU

·1 min de lecture

L’Éthiopie passe à l’acte. Les sept responsables onusiens ont bien dû quitter le pays dimanche 3 octobre. Le gouvernement d’Abiy Ahmed les avait déclarés persona non grata dans le pays, en raison d’ingérence dans les affaires éthiopiennes au sujet de la guerre du Tigré. Les autorités ont donné plus de détails quant aux motifs de leur expulsion. C’est une décision forte de la part du Premier ministre, qui ne rassure pas la communauté humanitaire.

Avec notre correspondant à Addis-Abeba, Noé Hochet-Bodin

Le gouvernement éthiopien persiste et signe. Après avoir accusé les sept responsables onusiens d’ingérence dans les affaires du pays, le ministère des Affaires étrangères est entré dans les détails.

Les diplomates de l’ONU auraient été coupables de rediriger de l’aide humanitaire et du matériel de communication aux mains des rebelles tigréens, de ne pas respecter les accords avec le gouvernement, ou encore de désinformation et de politisation de la crise humanitaire. Autant de motifs qui justifient ces expulsions. Des expulsions dont se félicite le ministère des Affaires étrangères. C’est une leçon, un exemple pour les autres humanitaires, a déclaré son porte-parole.

Et en effet, après leur départ forcé, la communauté humanitaire est sous tension dans la capitale éthiopienne. Le responsable d’une ONG avouait ne plus faire confiance au gouvernement et s’attendait à être le prochain sur la liste des persona non grata en Éthiopi;

À lire aussi Éthiopie: l'expulsion de responsables onusiens est une décision illégale pour l'ONU

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles