Éthiopie: le CICR dresse un tableau alarmant des besoins dans le Tigré

·2 min de lecture

Le drame humanitaire est toujours en cours au Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, théâtre d’un conflit depuis début novembre. Environ 2 millions de Tigréens sont déplacés et près de 3 millions sont en besoin d’assistance humanitaire. La pression de la communauté internationale se fait sentir sur les autorités éthiopiennes, soupçonnées de ralentir l’aide humanitaire pour satisfaire leurs objectifs militaires.

Avec notre correspondant à Addis-Abeba, Noé Hochet-Bodin

Après trois mois et demi de conflit, les organisations internationales viennent tour à tour demander une plus grande coopération à Addis-Abeba. Le comité international de la Croix-Rouge (CICR) est en visite en Éthiopie cette semaine.

Pour le directeur des opérations du CICR, Dominik Stillhart, ce sont trois mois et demi de conflit et toujours le même constat: « La première chose que je peux vous dire, c’est que les besoins sont énormes. »

Les besoins en nourriture sont loin d’être remplis et les infrastructures médicales sont, elles, hors d’état : « Selon nos informations, sur 40 hôpitaux dans la région, il n’y a plus que 5 qui fonctionnent. Sur 259 ambulances, il n’y a plus que 44 qui fonctionnent. »

Le principal défi, c’est l’accès inexistant aux populations rurales. Si les grands axes sont ouverts, ce n’est pas le cas des campagnes : « L’accès aux zones rurales reste un défi, notamment parce que les hostilités ne sont pas terminées. Il y a différentes forces qui sont sur le terrain avec lesquelles on va établir des communications. »

Parmi ces forces, figure l’armée érythréenne, notamment, avec laquelle la coopération s’avère presque impossible, d’après d’autres sources humanitaires.

À lire aussi: ONU: la situation humanitaire en Éthiopie une nouvelle fois à l’ordre du jour du Conseil de sécurité