Éthiopie: le chef du TPLF réapparaît en faisant diffuser un long message

·2 min de lecture

En Éthiopie, le chef du TPLF refait son apparition. Alors que des rumeurs le donnaient pour mort, le leader de ce qui est désormais la rébellion armée du Tigré, Debretsion Ghebremichael, a fait diffuser, samedi 30 janvier, un long message par sa chaîne de télévision satellite qui a repris ses émissions. Cela faisait des semaines qu'on n'avait pas entendu sa voix.

C’est une voix qui est bien connue des Tigréens et c’est la voix de celui qui a été le chef de l'exécutif de la province du Tigré, jusqu'au 4 novembre, et ancien vice Premier-ministre d'Éthiopie mais qui est désormais un fugitif. Debretsion Ghebremichael dit se trouver « sur le terrain », même s'il n'est pas possible de savoir quand ni d'où son appel téléphonique a été passé.

Debretsion Ghebremichael s'en prend, bien sûr, à celui qu'il appelle « le fasciste Abiy Ahmed », le Premier ministre éthiopien. Il l'accuse de chercher à « exterminer le peuple du Tigré par les balles et par la faim ».

Il dit que l'État du Tigré a été agressé par l'armée fédérale éthiopienne, par l'armée érythréenne, les milices de l'Amhara et des soldats somaliens. Il appelle les Tigréens à continuer à se battre et « la communauté internationale » à « prendre les mesures appropriées pour arrêter les atrocités en cours et les actes de génocide ». Il appelle également à lancer des enquêtes pour juger les coupables, à savoir, selon lui, Abiy Ahmed et le président érythréen Issayas Afeworki.

L’Éthiopie sous forte pression

Cette déclaration n'est pas diffusée ce week-end par hasard. Il se trouve, en effet,que l'Éthiopie est sous forte pression. Les États-Unis, le Royaume Uni et la France désormais, soit trois membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, désapprouvent la situation actuelle, de même que l'Union européenne.

Par ailleurs, le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés se trouve précisément dans le Tigré, depuis samedi, auprès des réfugiés érythréens pour lesquels il a plusieurs fois exprimé sa grande inquiétude, alors que pourtant l'Éthiopie continue de dire que tout est normal dans la région.

À lire aussi : Éthiopie: de hauts responsables tigréens du TPLF arrêtés et exhibés comme prises de guerre