Éthiopie: bombardements à Mekele après la proposition tigréenne de cessez-le-feu

Des nouveaux bombardements ont touché, mardi 13 septembre, la capitale de la région du Tigré, Mekele, selon les autorités locales et le directeur de l'hôpital. C'est la troisième fois, depuis la reprise des hostilités le 24 août, que la ville est victime de frappes aériennes. Mais celles-ci surviennent au lendemain d'une proposition de cessez-le-feu et de reprise des négociations de la part des autorités tigréennes. Une proposition à laquelle le gouvernement fédéral n'a pas répondu.

Ce sont deux frappes de drones qui se sont abattues sur la capitale provinciale du Tigré, Mekele. La première a visé l’université, la seconde une chaîne de télévision tigréenne proche du parti TPLF, selon les deux institutions. À bien des égards, on peut considérer que ces frappes constitue à l'heure actuelle la seule réponse des autorités éthiopiennes à la main tendue lundi 12 septembre par les Tigréens.

On ignore quelles étaient les cibles des tirs, et l’absence de témoins indépendants dans la région rend difficile la vérification des informations. Le proche conseiller du président du gouvernement régional, Getachew Reda, affirme tout de même que c'est le campus d'Adi Haki qui a été bombardé, au sud-ouest de Mekele.

Le directeur de l'hôpital Ayder de Mekele, qui dispose d'un compte Twitter, dit qu'un blessé a été amené dans ses services et que « le nombre total de victimes n'est pas encore connu ». La chaîne de télévision Dimtsi Weyane a également été touchée et a cessé de diffuser, selon Tigray TV.


Lire la suite sur RFI