Publicité

Éthiopie: «Au moins 45 civils» exécutés par les forces de sécurité le 29 janvier, selon une institution publique locale

Les forces gouvernementales éthiopiennes ont exécuté le 29 janvier au moins 45 habitants d'une ville de l'État régional de l'Amhara (Nord), où elles affrontent des milices locales, a dénoncé ce 13 février la Commission éthiopienne des droits humains (EHRC). « L'EHRC enquête sur les victimes civiles consécutives à des combats (...) le 29 janvier 2024 dans la localité de Merawi », ce qui lui a « permis de confirmer les identités d'au moins 45 civils exécutés par les forces de sécurité gouvernementales », indique cette institution publique statutairement indépendante, dans un communiqué.

En Éthiopie, la Commission des droits humains (EHRC) dénonce un massacre perpétré par les forces fédérales (ENDF). Selon un rapport diffusé ce 13 février par cette organisation publique mais indépendante, les ENDF auraient exécuté au moins 45 habitants dans le Nord-Ouest du pays. La tuerie a eu lieu en région Amhara où un conflit perdure entre le gouvernement central et les Fano, une milice locale.

Le massacre aurait eu lieu le 29 janvier. Les forces fédérales et les miliciens Fano venaient de s’affronter durant 6 heures. À l’issue de ces combats, les ENDF auraient exécuté au moins 45 habitants de la ville de Merawi. D’après l’enquête, les soldats soupçonnaient ces gens d’être des complices, voire des membres des Fano. Au moins 18 auraient notamment été massacrés en un seul endroit où ils s’étaient cachés…

Le bilan est macabre mais serait en dessous de la réalité. L’EHRC affirme ne pas avoir pu enquêter complètement, faute d’accès, et à cause de l’insécurité…


Lire la suite sur RFI