Éthiopie: Abiy Ahmed nomme un Tigréen dans son nouveau gouvernement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Deux jours après l’investiture du Premier ministre Abiy Ahmed pour un second mandat, la composition du nouveau gouvernement éthiopien a été annoncée ce mercredi 6 octobre. Parmi les 22 personnalités qui la composent, un Tigréen pro-gouvernemental, nommé au ministère de la Défense.

C’est la principale nouveauté de ce gouvernement. Le ministère éthiopien de la Défense revient à Abraham Belay. Il est originaire de la province du Tigré, mais proche d’Abiy Ahmed. Il fut par le passé son ministre de l’Innovation et avait été choisi en mai dernier par Addis-Abeba pour prendre la tête du gouvernement intérimaire alors en place dans le Tigré, indique notre correspondance régionale, Florence Morice.

Autre nouveauté, l’arrivée au gouvernement de trois personnalités extérieures au parti au pouvoir. Berhanu Nega du parti Ezema, réputé proche idéologiquement du parti de la Prospérité, hérite du portefeuille de l’Éducation. Kerjela Merdasa, une figure dissidente du Front de libération Oromo qui a boycotté l’élection, obtient le ministère de la Culture et du Sport. Plus surprenante est l’arrivée au ministère de l’Innovation et la Technologie de Belete Molla, président du Nama, le Mouvement national Amhara, principal parti d’opposition dans cette région.

À lire aussi : Éthiopie: le Premier ministre Abiy Ahmed investi pour un nouveau mandat de cinq ans

Mekonnen confirmé à la diplomatie, départ du populaire Bekele

Les ministères-clés de la Finance et des Affaires étrangères, eux, ne changent pas de mains. Le chef de la diplomatie Demeke Mekonnen est donc conforté dans sa position. C’est à lui que l’on doit l’annonce la semaine dernière de l’expulsion d’Éthiopie de sept responsables onusiens.

Un départ remarqué en revanche : celui de Seleshi Bekele, une figure populaire du gouvernement sortant. Il quitte le ministère de l’Eau en charge de l’épineux dossier du barrage de la Renaissance.

L’annonce de ce nouveau gouvernement intervient alors que les populations du Tigré n’ont pas encore voté pour élire leurs représentants.

À lire également : Éthiopie : «La gravité de l'insécurité alimentaire continue d'augmenter» au Tigré, selon l'Ocha

Peu de changement donc dans cette nouvelle administration, si ce n’est la présence de deux partis d’opposition. Abiy Ahmed cherche à montrer un visage de leader conciliant et inclusif alors que les critiques de la communauté internationale se font de plus en plus intenses, analyse notre correspondant à Addis-Abeba, Noé Hochet-Bodin. Certes ils n’occupent pas des postes clés au sein du gouvernement, mais les nominations de Berhanu Negaleur et de Belete Molla est un message important lancé par Abiy Ahmed.

Faut-il voir dans ces nominations le signe d’un réel désir d’ouverture ou une décision cosmétique ? Pour le Premier ministre, elles permettent surtout dans un premier temps de répondre aux critiques de la communauté internationale, qui lui reproche de ne pas suffisamment ouvrir l’espace politique.

Abiy Ahmed promet depuis plusieurs mois d’organiser un dialogue national inclusif. Promesse pour l’instant restée vaine. Il ne semble d’ailleurs pas vouloir y intégrer les principaux partis d’opposition qui ont boycotté les élections de juin. Y seront invitées uniquement les forces qui croient en la discussion autour de la table des négociations, a-t-il prévenu.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles