États-Unis : la ville de Minneapolis va verser 27 millions de dollars à la famille de George Floyd

"Il faut rappeler que la culture policière ne va pas changer en un claquement de doigt et que même le président des Etats-Unis Joe Biden n’a pas le pouvoir de faire évoluer les pratiques policières", tempère le journaliste France Télévision Loïc de la Mornais, en duplex depuis Washington. "Mais c’est malgré tout un signe d'espoir, car c’est attaquer les mairies au portefeuille, et cela peut faire changer les choses. Depuis déjà quelques années, près de 300 millions d’euro par an sont dépensés par toutes les mairies du pays pour régler ces affaires de bavures policières", poursuit-il. Un montant négocié à l'amiable Dans un pays où les policiers sont le plus souvent exonérés de toutes responsabilités dans ce type d’affaires, ce montant de 27 millions de dollars de dommages et intérêts, négocié à l'amiable avec la ville de Minneapolis qui employait le policier accusé de meurtre, est une première. Les militants des droits civiques espèrent que cette somme servira de leçon aux municipalités. Car aux États-Unis, pays fédéral, les policiers dépendent des mairies pour leur recrutement comme pour leurs procédures d'arrestation. Ce précédent pourrait donc inciter les villes à réformer leur police. La ville a également signé des excuses publiques à la famille qui attend désormais une condamnation pénale du policier accusé de meurtre.