États-Unis: la vague de chaleur se poursuit, un record à près de 49°C établi à Las Vegas

Plus de 36 millions de personnes concernées par un avertissement de chaleur excessive, l'alerte la plus élevée du service météorologique (NWS) des États-Unis. Selon l'organisme, 10% de la population du pays subit des températures extrêmes ce lundi 8 juillet.

Depuis plusieurs jours, de nombreuses localités battent leur record absolu de températures. Et cet épisode n'est pas encore terminé. "Il s'agit d'une chaleur sans précédent - à prendre très au sérieux", a déclaré auprès du LA Times Dan Berc, météorologue du NWS de Las Vegas.

"Ce n'est pas normal, c'est une chaleur excessive... Nous parlons de 10 à 12°C au-dessus de la normale pour la période la plus chaude de l'année", a-t-il ajouté.

Près de 49°C à Las Vegas

La ville de Las Vegas, dans l'État du Nevada, a battu son record absolu de température depuis le début des relevés en 1937, en atteignant les 48,89°C (120 degrés fahrenheit) ce dimanche. De nombreuses régions du nord de la Californie ont largement dépassé les 43°C, à l'instar de la ville de Redding qui a atteint les 48,3°C.

Caractérisque d'une canicule intense, le mercure reste très élevé durant la nuit. À Phoenix, un record de la température minimale la plus haute jamais atteinte a été battu: le thermomètre n'est jamais descendu en dessous de 33°C, même au plus frais de la nuit.

La vague de chaleur touche également les reliefs à l'instar du lac Tahoe, situé à 1900 mètres d'altitude et où de nombreux habitants viennent généralement chercher la fraîcheur, où un record à 33°C a été enregistré. Le service météorologique de Reno, dans le Nevada, a ainsi mis en garde contre "d'importants risques de chaleur, même dans les montagnes".

Vallée de la mort

Selon le NWS, la chaleur est devenue le risque météorologique le plus meurtrier des États-Unis. Plusieurs décès ont, en effet, été attribués aux températures ces derniers jours, notamment lors de randonnées ou dans les prisons.

Un motard est mort ce samedi dans le parc national de la Vallée de la mort et une personne de son groupe a été hospitalisée en raison de leur exposition à la chaleur. Comme l'ont indiqué les autorités, les hélicoptères médicaux d'urgence n'ont pas pu intervenir, car les appareils ne peuvent généralement pas voler en toute sécurité au-delà de 48°C.

Ce week-end, il a fait plus de 53°C dans ce désert, connu pour être l'endroit où a été recensée la température la plus élevée jamais enregistrée sur Terre avec 56°C en 1913. Des experts contestent toutefois l'exactitude de cette mesure et affirment que le véritable record est de 54,4°C en juillet 2021.

Les autorités découragent les visiteurs qui viennent dans la Vallée de la mort pour expérimenter de telles chaleurs et se photographier devant le célèbre thermomètre de la région.

Multiplication des incendies

Le SNW prévient que cette vague de chaleur va continuer à apporter des conditions météorologiques propices au développement des feux de forêts, alimentant la "croissance de grands incendies" pour les brasiers nouveaux ou existants.

Parmi les États les plus touchés, la Californie, où les pompiers luttent depuis plusieurs jours sans relâché contre plusieurs incendies, dont un qui s'est déclaré près du célèbre parc national Yosemite ou un autre, plus récent, dans la forêt nationale de Los Padres.

Un épisode qui dure

Les météorologues s'alarment notamment de la durée de cet épisode de chaleur. "Nous avons connu des vagues de chaleur de longue durée, mais que cela soit combiné avec l'intensité de la chaleur, c'est sans précédent", a déclaré Mike Wofford, météorologue au SNW d'Oxnard, au LA Times.

Dans le sud de la Californie, un record du plus grand nombre de jours consécutifs où la température a atteint ou dépassé les 40°C a été établi et cette série devrait se poursuivre.

Dérèglement climatique

Si les chaleurs extrêmes touchent majoritairement l'ouest du pays, la côte est, où le climat est plus humide, n'est pas en reste avec des températures supérieures à 38°C de week-end.

Et cette chaleur devrait se poursuivre aux États-Unis pendant une semaine encore, avec un mercure supérieur de 10 à 15°C par rapport aux températures maximales moyennes du mois de juillet.

À l'échelle de la planète, juin 2024 est le 13e mois consécutif à établir un record de température moyenne plus élevée que les mois équivalents, a annoncé lundi l'observatoire européen Copernicus.

Le changement climatique, d'origine humaine lié à l'exploitation et l'utilisation des énergies fossiles, rend les vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses. "Il y a des gens en Californie qui ont connu non seulement la journée la plus chaude qu'ils aient jamais connue, mais aussi la journée la plus chaude que leurs parents ou leurs grands-parents aient jamais connue", a déclaré Daniel Swain, climatologue à l'UCLA.

Article original publié sur BFMTV.com