Le chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, tué par une frappe de drone américaine à Kaboul

Le chef d’al-Qaïda, successeur d'Oussama ben Laden, a été tué ce week-end au cours d'une opération antiterroriste en Afghanistan, selon plusieurs médias américains. Le président Joe Biden l'a ensuite confirmé dans une allocution à la Maison Blanche.

Depuis la Maison Blanche où il est confiné pour cause de Covid, le président Joe Biden a officialisé des informations de médias américains annonçant la mort d'Ayman al-Zawihiri, numéro un d'al-Qaïda depuis onze ans. « Samedi, sur mes ordres, les États-Unis ont mené à bien une frappe aérienne sur Kaboul, en Afghanistan, qui a tué l'émir d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri », a lancé le président américain. « Justice a été rendue et ce dirigeant terroriste n'est plus », a-t-il énoncé.

L'Égyptien, longtemps bras droit d'Oussama ben Laden, était considéré comme l'un des cerveaux des attaques du 11 septembre 2001 qui avaient fait près de 3 000 morts aux États-Unis. Zawahiri avait pris la tête de l'organisation terroriste après la mort d'Oussama ben Laden en 2011. Al-Qaïda avait déjà perdu son numéro deux, Abdullah Ahmed Abdullah, tué en août 2020 dans les rues de Téhéran par des agents israéliens lors d'une mission secrète commanditée par Washington.

« L'opération a été réussie et n'a fait aucune victime civile », a précisé un haut responsable américain auprès de journalistes.

Une opération de renseignement sur plusieurs mois

(Et avec AFP)


Lire la suite sur RFI