Le chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, tué par une frappe de drone américaine à Kaboul

Le chef d’al-Qaïda, successeur d'Oussama ben Laden, a été tué ce week-end au cours d'une opération antiterroriste en Afghanistan, selon plusieurs médias américains. Le président Joe Biden l'a ensuite confirmé dans une allocution à la Maison Blanche.

Depuis la Maison Blanche où il est confiné pour cause de Covid, le président Joe Biden a officialisé des informations de médias américains annonçant la mort d'Ayman al-Zawihiri, numéro un d'al-Qaïda depuis onze ans. « Samedi, sur mes ordres, les États-Unis ont mené à bien une frappe aérienne sur Kaboul, en Afghanistan, qui a tué l'émir d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri », a lancé le président américain. « Justice a été rendue et ce dirigeant terroriste n'est plus », a-t-il énoncé.

L'Égyptien, longtemps bras droit d'Oussama ben Laden, était considéré comme l'un des cerveaux des attaques du 11 septembre 2001 qui avaient fait près de 3 000 morts aux États-Unis. Zawahiri avait pris la tête de l'organisation terroriste après la mort d'Oussama ben Laden en 2011. Al-Qaïda avait déjà perdu son numéro deux, Abdullah Ahmed Abdullah, tué en août 2020 dans les rues de Téhéran par des agents israéliens lors d'une mission secrète commanditée par Washington.

« L'opération a été réussie et n'a fait aucune victime civile », a précisé un haut responsable américain auprès de journalistes.

Une opération de renseignement sur plusieurs mois

(Et avec AFP)


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles