États-Unis : Trump a-t-il vraiment le pouvoir de ramener l'ordre ?

Quand le président américain Donald Trump menace d’envoyer l’armée, il s’appuie sur un texte écrit en 1807, l’Insurection Act. Mais en 1878, un autre texte, le Posse Comitatus Act, prévoit un recours de l’armée américaine en cas d’insurrection, mais pas pour maintenir l’ordre. Cela permet au gouverneur de chaque État d’avoir un contre-pouvoir face à l’État fédéral. Seuls les gouverneurs peuvent faire appel à la Garde nationale, composée d’anciens policiers réservistes. Un ministre et un général opposés à Trump Il y a plus de 18 000 entités de police aux États-Unis. La plupart des villes ont une police municipale qui peut aller du simple officier, le marshall, à une force de plus de 50 000 agents comme la police de New York (NYPD). Dans les zones rurales, un shérif est élu tous les quatre ans en même temps que les juges et les gouverneurs.Le Pentagone a pris ses distances avec Donald Trump. Le général Dave Goldstein a qualifié la mort de George Floyd de "tragédie". Le secrétaire d’État à la défense Mark Esper s’est publiquement opposé au déploiement de l’armée américaine : "Je ne suis pas favorable à décréter l’état d’insurrection". Donald Trump est de plus en plus isolé.