États-Unis: une tribune appelant au déploiement de l’armée fait polémique au «New York Times»

La tribune du sénateur très conservateur Tom Cotton est mal passée auprès de certains journalistes, alors que le pays connaît un vaste mouvement de protestation contre les violences policières. 

Des rédacteurs, des responsables d’éditions et aussi des pigistes se sont exprimés sur Twitter et le moins que l’on puisse dire, c'est qu'ils ne cachent pas leur colère. « Surréaliste et terrifiant », écrit la correspondante en Chine, « une publication qui met la vie de nos collègues afro-américains en danger », estime une autre collègue. 

La raison de leur indignation ? Une tribune publiée mercredi dans le New York Times par le sénateur très conservateur Tom Cotton. En reprenant le discours du président Donald Trump, il plaide en faveur de l’intervention de l’armée pour mettre fin aux troubles qui agitent le pays depuis plus d’une semaine, à la suite de la mort de George Floyd

Il faut savoir que le service qui décide de la publication des tribunes d’opinion dans le New York Times est indépendant de la rédaction d’information du journal. Et le chef de ce service a défendu la publication, en disant qu’il était important de donner aux lecteurs d’autres points de vue. Mais il a reconnu aussi que certains pouvaient trouver le contenu de cette tribune « douloureux et dangereux ». 

Cette tribune appelant à une intervention militaire pour restaurer l’ordre a déjà des conséquences directes sur le travail des journalistes. Plusieurs sources ont fait savoir qu’elles ne donneraient plus d’informations au New York Times.