États-Unis: sursis pour Melissa Lucio, qui devait être exécutée mercredi pour le meurtre sa fille

·4 min de lecture
Photo diffusée par l'élu républicain Jeff Leach représentant Melissa Lucio (centre), Américaine condamnée à mort pour le meurtre de sa fille de 2 ans, priant en compagnie de représentants politiques locaux à la prison de Gatesville, au Texas, le 6 avril 2022 - Jeff Leach © 2019 AFP
Photo diffusée par l'élu républicain Jeff Leach représentant Melissa Lucio (centre), Américaine condamnée à mort pour le meurtre de sa fille de 2 ans, priant en compagnie de représentants politiques locaux à la prison de Gatesville, au Texas, le 6 avril 2022 - Jeff Leach © 2019 AFP

Melissa Lucio, mère américaine condamnée à mort pour le meurtre de sa fille au terme d'un procès controversé et qui fait l'objet d'une campagne de soutien internationale, a vu son exécution suspendue lundi par une cour d'appel texane, deux jours avant la date prévue.

Les appels à la clémence venus de personnalités comme Kim Kardashian s'étaient multipliés en faveur de cette mère de 14 enfants d'origine hispanique, l'intérêt pour son cas dépassant les frontières américaines. Un autre tribunal du Texas devra désormais examiner les requêtes de ses avocats, selon des documents judiciaires.

"C'est un premier pas vers l'obtention d'un nouveau procès, mais cela ne signifie pas qu'un nouveau procès a été accordé", plusieurs étapes restant à franchir, a expliqué lors d'une conférence de presse Vanessa Potkin, avocate de l'Américaine. Malgré cette décision, elle reste pour l'instant dans le couloir de la mort.

"Je remercie Dieu pour ma vie"

Sa défense affirme notamment que de nouvelles preuves scientifiques l'innocentent, et qu'un faux témoignage a conduit à sa condamnation. Selon ses soutiens, la mort de la fille de Melissa Lucio, Mariah, était un accident, et non un meurtre.

"Je remercie Dieu pour ma vie", a déclaré Melissa Lucio, qui clame son innocence depuis 15 ans, se disant "reconnaissante à la cour de m'avoir donné la chance de vivre et de prouver mon innocence" et "d'avoir plus de jours pour être une mère pour mes enfants et une grand-mère pour mes petits-enfants". Elle "a pleuré et restait sans voix" en apprenant la nouvelle, selon ses avocats. Ses proches attendent désormais que "Melissa rentre à la maison", a déclaré sa soeur Sonya Valencia.

En 2007, sa fille Mariah, âgée de 2 ans, avait été retrouvée morte chez elle, couverte de bleus, quelques jours après avoir chuté dans des escaliers. Melissa Lucio, à la vie marquée par des agressions tant physiques que sexuelles, une addiction à la drogue et des conditions précaires, avait été immédiatement suspectée de l'avoir frappée.

Le procureur condamné pour corruption et extorsion

Après un long interrogatoire, la mère de famille avait formulé des aveux "complètement extorqués", selon Sabrina Van Tassel, réalisatrice du documentaire à succès "L'État du Texas contre Melissa" (2020 aux Etats-Unis, 2021 en France) et soutien de l'Américaine. "Je suppose que je l'ai fait", avait répondu Melissa Lucio, interrogée sur la présence des hématomes, aux enquêteurs.

Après un procès controversé, elle avait été condamnée à mort. Mais les handicaps de la fillette, susceptibles d'expliquer sa chute, n'avaient pas été pris en compte par les experts, selon sa défense, qui assure que les ecchymoses ont pu être causées par un trouble de la circulation sanguine. Aucun des enfants de la Texane ne l'avait accusée d'être violente. Quant au procureur, il fut plus tard condamné à une peine de prison pour corruption et extorsion, dans une affaire n'ayant pas de lien avec celle de Melissa Lucio.

Un soutien international

La campagne de soutien à Melissa Lucio avait rassemblé de nombreux élus locaux républicains, traditionnellement plus enclins à défendre la peine capitale. Un des jurés de son procès avait aussi exprimé ses "profonds regrets" de l'avoir condamnée à mort.

En France, l'Américaine avait reçu le soutien de Christiane Taubira, ancienne ministre de la Justice et ex-candidate à la présidentielle de 2022. Lundi, elle a immédiatement salué la décision sur Twitter: "L'exécution de Melissa Lucio au Texas n'aura pas lieu. Comment l'écrire sans me noyer dans les larmes. D'angoisse et de joie."

"Cela aurait été une injustice historique qu'elle soit exécutée pour un crime qu'elle n'a pas commis, un crime qui, en fait, n'a jamais eu lieu", a commenté auprès de l'AFP Burke Butler, directrice de l'association Texas Defender Service.

Il est rare que des femmes soient exécutées aux États-Unis. Seules 17 l'ont été depuis 1976, date à laquelle la Cour suprême a rétabli la peine capitale, selon le Centre d'information sur la peine de mort. Le Texas est à la fois l'État qui exécute le plus et celui ayant exécuté le plus grand nombre de condamnées, avec 6 mises à mort. Melissa Lucio aurait été la première femme d'origine hispanique à être mise à mort dans cet État.

"L'exemple de la mobilisation au Texas, aux États-Unis et dans le monde en faveur de Melissa Lucio doit servir à faire réfléchir sur la peine de mort en général, pour tous ceux qui ne sont pas sauvés", a réagi Raphaël Chenuil-Hazan, directeur exécutif de l'association française Ensemble contre la peine de mort.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles