Les États-Unis solidaires des Philippines en mer de Chine méridionale : “La fin de toute ambiguïté”

La mise en scène était millimétrée. Après s’être posée à Puerto Princesa, capitale de l’île de Palawan, à l’extrême sud-ouest de l’archipel philippin, Kamala Harris s’est rendue à Tagburos. Là, comme le montre la photo que le Philippine Daily Inquirer a mise en une ce mercredi 23 novembre, la vice-présidente s’est entretenue avec des femmes vivant de la pêche. “Elles ont parlé des répercussions de la pêche illégale sur le village”, rapporte le journal de Manille. Une allusion à peine voilée aux chalutiers chinois qui sillonnent les eaux non loin de là.

Puis la vice-présidente est montée à bord du Teresa Magbanua, un navire des garde-côtes philippins. Et, comme en écho à la discussion avec les femmes de Tagburos, elle a déclaré :

“Faire respecter les règles et lois en mer de Chine du Sud, c’est soutenir les vies dans la région.”

Avant d’expliciter : “En leur qualité d’allié, les États-Unis sont solidaires des Philippines face à l’intimidation et aux pressions à l’œuvre en mer de Chine méridionale, [et] soutiennent la décision unanime et sans appel rendue en 2016 par le tribunal d’arbitrage des Nations unies, qui a officiellement rejeté les ambitions expansionnistes de la Chine en mer de Chine méridionale.”

Les eaux philippines et les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale.. Courrier  international
Les eaux philippines et les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale.. Courrier international

Le 12 juillet 2016, cette cour de La Haye avait en effet statué en faveur des Philippines, jugeant les revendications territoriales chinoises infondées. “La Chine revendique la souveraineté sur presque la totalité de la mer”, rappelle l’Inquirer. Et “ignore le jugement de 2016”.

“Une Chine de plus en plus belliqueuse”

À Palawan, Kamala Harris a réitéré l’engagement “inébranlable” des États-Unis à défendre son allié philippin si ses navires ou avions étaient attaqués en mer de Chine méridionale. L’alliance militaire entre les deux pays est régie par plusieurs traités, dont le plus récent date de 2014 et permet à l’armée américaine d’entreposer des équipements militaires sur cinq bases philippines.

Pour le Philippine Daily Inquirer, la visite de la vice-présidente américaine marque ainsi “la fin de toute ambiguïté”. Jusqu’à maintenant, rappelle le journal dans son éditorial du jour, les autorités philippines s’inquiétaient de savoir “si les États-Unis viendraient en aide à leur ancienne colonie en cas de conflit en mer de Chine méridionale”. Car le traité de défense mutuelle de 1951 ne comporte aucune mention explicite de la mer de Chine méridionale.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :