États-Unis: des soldats venus protéger le vote sur l'impeachment de Donald Trump dorment sur le sol du Capitole

Robin Verner
·2 min de lecture
Soldats de la Garde nationale se reposant sur le sol du Capitole.  - Stefani Reynolds / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Soldats de la Garde nationale se reposant sur le sol du Capitole. - Stefani Reynolds / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Il y a une semaine, des groupes manifestants déferlaient à l'intérieur du Capitole, siège du Congrès des États-Unis, à Washington, retardant de quelques heures la certification de la victoire de Joe Biden contre Donald Trump à la présidentielle. Une semaine plus tard jour pour jour, des photos montrent des soldats de la Garde nationale dormir ou se reposer sur le sol de l'institution, leur arme à leur côté, afin d'empêcher qu'une telle intrusion vienne perturber la Chambre des Représentants qui examine ce mercredi le projet d'impeachment de Donald Trump.

Quelques instants de répit

Ces troupes appartiennent à la Garde nationale, un corps de réserve de l'armée américaine spécifiquement chargé d'intervenir en cas de catastrophe naturelle, de nécessité de maintien de l'ordre public ou de menace de trouble le concernant.

Reflet de la tradition militaire qui veut qu'on puisse s'assoupir quelques instants dans n'importe quelle position et sur tous les terrains, les images circulant sur Twitter exposent ces soldats dans différentes situations, toutes peu propices au sommeil. Par exemple, si l'Agence France Presse a pu, ci-dessus, immortaliser leurs instants de répit dans la vaste salle de la rotonde du Congrès, Daniella Diaz, reporter pour CNN, les a croisés sur sa route, couchés en chien de fusil le long des grands corridors de marbre.

"Je n'aurais jamais pensé voir ça"

Ben Riley-Smith, journaliste du Daily Telegraph, s'est quant à lui ébahi sur le réseau social: "Bon, c'est une chose que je n'aurais jamais pensé voir. Des membres de la Garde nationale se reposant au sein du Capitole, près de leurs armes, sous les bustes de Lincoln et Washington".

Le politologue Ian Bremmer a partagé une vision similaire.

15.000 soldats mercredi

Il faut d'ailleurs noter que la dimension insolite de ces clichés n'efface pas la gravité qu'elle recouvre: signe de sa crainte d'éventuels mouvements de foule contre les parlementaires et leurs travaux, le Pentagone a autorisé mardi soir les soldats à s'équiper d'armes létales, a souligné ici le site Politico.

Pour le moment, on compte déjà 6200 gardes nationaux déployés dans la capitale fédérale américaine. Le jour de la prestation de serment de Joe Biden, mercredi prochain, ils devraient être 15.000, selon les consignes publiées par ce même Pentagone lundi.

Article original publié sur BFMTV.com