États-Unis : une septuagénaire victime de violences policières

La scène date du mois de juin 2020. Elle a eu lieu à Loveland dans le Colorado aux États-Unis. Les images de la caméra-piéton d’un policier montrent Karen Garner, une femme de 73 ans, en train de se faire interpeller parce qu’elle n’a pas payé ses courses au supermarché. Atteinte de démence, elle refuse de se laisser emmener. Le policier la saisit alors violemment. Bilan : un bras cassé et une épaule disloquée et une garde à vue de six heures. “Qu’est-ce qui ne va pas chez ces policiers ?” Si l’affaire ne sort que dix mois plus tard, c’est parce que la famille de Karen Garner demande aujourd’hui réparation. En effet, depuis l’arrestation, l’état mental de la septuagénaire se serait fortement dégradé. Elle ne communiquerait plus et elle prendrait des anxiolytiques, les conséquences d’un acte de torture dénonce son avocate. “Qu’est-ce qui ne va pas chez ces policiers ? Quelle est leur culture ?”, s’interroge-t-elle.