Crise des sous-marins : le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, attendu mardi à Paris

·2 min de lecture

Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, sera en visite à Paris la semaine prochaine afin de rencontrer le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, a annoncé, samedi, le Quai d'Orsay. Une rencontre destinée au "rétablissement de la confiance" après la crise diplomatique engendrée par la crise des sous-marins.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, rencontrera mardi le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a annoncé, samedi 2 octobre, le Quai d'Orsay. Il s'agit, selon Paris, d'une nouvelle étape vers le "rétablissement de la confiance" entre les deux pays, mise à mal après l'annulation par l'Australie d'une commande de sous-marins français au profit d'un accord avec les États-Unis.

"Les deux ministres auront un échange approfondi dans la continuité de leur rencontre à New York le 23 septembre, afin d'identifier les étapes susceptibles de permettre un rétablissement de la confiance entre nos deux pays", a précisé la porte-parole du Quai d'Orsay, Anne-Claire Legendre.

"Comme le ministre l'a dit à New York, la sortie de crise prendra du temps et requerra des actes. C'est également le constat fait par nos interlocuteurs américains."

Jean-Yves Le Drian et Antony Blinken s'étaient entretenus le 23 septembre à l'occasion de l'assemblée générale des Nations unies.

Les présidents français et américain, Emmanuel Macron et Joe Biden, s'étaient engagés la veille lors d'un entretien téléphonique à mener des "consultations approfondies" pour mettre en place "les conditions garantissant la confiance" entre Paris et Washington.

Les États-Unis, l'Australie et la Grande-Bretagne ont annoncé le 15 septembre un partenariat stratégique pour la région indo-pacifique qui prévoit l'achat par Canberra de sous-marins à propulsion nucléaire de fabrication américaine, et donc l'annulation d'un contrat de plusieurs dizaines de milliards d'euros pour l'achat de 12 sous-marins français.

La France a alors qualifié le revirement de l'Australie de "coup dans le dos" et dénoncé une décision "unilatérale, brutale, imprévisible" de l'administration Biden.

Paris a ensuite rappelé son ambassadeur à Washington, une décision inédite, mais ce dernier est depuis reparti aux États-Unis.

L'ambassadeur, Philippe Etienne, a publié sur Twitter vendredi une photo le montrant au côté de Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden.

"Rencontre importante avec @JakeSullivan46 sur la mise en œuvre de la déclaration commune de nos présidents pour élaborer un agenda stratégique commun incluant le soutien à l'engagement de la France et de l'Union européenne dans l'Indo-Pacifique, à une défense européenne renforcée et au combat des États-Unis et de l'Union européenne contre le terrorisme", a-t-il dit en commentaire de cette photo.

Avec Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles