Les États-Unis risquent d'entrer en récession, leur histoire économique le prouve

Le retour de l'inflation à l'objectif fixé nécessitera probablement une réponse politique beaucoup plus énergique que celle prévue actuellement. | Kenny Eliason via Unsplash
Le retour de l'inflation à l'objectif fixé nécessitera probablement une réponse politique beaucoup plus énergique que celle prévue actuellement. | Kenny Eliason via Unsplash

L'inflation américaine ayant atteint 7,9% en février 2022, la Réserve fédérale a décidé, lors de sa réunion de mars, d'augmenter ses taux de 0,25 point. Le dernier résumé des projections économiques (2022) du Federal open market committee (FOMC), publié lors de la même réunion, prévoit que les taux d'intérêt atteindront 1,9% à la fin de 2022. En réaction, la plausibilité d'un atterrissage en douceur de la banque centrale sans faire entrer l'économie américaine en récession a fait l'objet de nombreuses discussions.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré aux législateurs, début mars, qu'il pensait qu'un atterrissage en douceur était «plus probable que non». Les prévisions de mars du FOMC et le consensus qui émerge de l'enquête de la Réserve fédérale de Philadelphie auprès de prévisionnistes professionnels confirment cette affirmation: dans les deux cas, l'inflation retombe en dessous de 3% en 2023 et le chômage reste inférieur à 4%.

S'appuyer sur l'histoire

Pour examiner la plausibilité des prévisions de la Fed, nous examinons ici des données trimestrielles remontant aux années 1950 et calculons la probabilité que l'économie entre en récession dans les douze et vingt-quatre prochains mois, en fonction de mesures alternatives de l'inflation et du chômage.

Notre analyse est motivée par le fait que les conditions de surchauffe, comme un faible taux de chômage et une forte inflation, sont généralement suivies de récessions à court terme. Par exemple, Antonio Fatás montrait, en 2021, que l'économie américaine n'a jamais connu de périodes significatives de chômage faible et stable comme celles que prévoit le FOMC.

À LIRE AUSSI

Quelles sont les causes de l'inflation actuelle?

Notre principale conclusion est qu'étant donné l'inflation actuelle (près de 8%) et le chômage (qui reste inférieur à...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles